Contre-Regards

par Michel SANTO

Jean Cau, croqueur de Mitterrand (entre autres) et analyste de la Présidence de la République…

 

croquis-de-memoire

   

J’ai, sur ma table de chevet, les « Croquis de mémoire » de Jean Cau (trouvé chez un bouquiniste, récemment : 1€ !) Une leçon de style que je prends le matin, au lever ( Non ! soyons précis : assis, bien calé sur mon oreiller, une tasse de café bien chaud à portée de main.) Trois, quatre – pas dix –  pages et les fantômes de Mitterand, Pompidou, Genet, Lacan, Ava Garner, Dominguin, et bien d’autres ( Sartre, Mauriac…) surgissent en quelques brillantes notations sous sa plume. Un style ramassé, sec, brillant et une lucidité, une sincérité de ton qui font de Jean Cau un maître dans ce genre. Je ne me lasse pas, notamment, de revenir aux premiers lignes de cet ouvrage où il est question du jeune François Mitterrand, alors Garde des Sceaux, pour rebondir ensuite sur Dominguin ou Joë Bousquet :

« Un homme jeune, aux cheveux noirs solidement planté, au teint blanc, sur le trottoir, à Saint-Germain-des-Prés, et qui paraissait humer l’air chargé d’odeurs de femmes, doux pollens, de ce soir de printemps. Tiens, me dit-on c’est Mitterrand qui drague… On m’assura qu’il était un chaud lapin et avait, pour l’heure, les faveurs d’une danseuse célèbre. Comme j’admirais les danseuses en général et celle-là en particulier, mon regard, qui sans cela eût glissé sur une silhouette gardienne de sceaux – et donc sans intérêt –  s’attarda sur l’homme au cheveux noirs et au teint blanc qui patrouillait, cambré devant le « Royal ». Et j’eus  pour lui cette sorte de considération, mêlée d’un brin d’envie, que ma jeunesse accordait aux usagers de très belles personnes… »

À l’occasion, Jean Cau se révèle aussi fin analyste des institutions. Ainsi ce passage sur l’élection du président de la république ou suffrage universel :

« Reste que l’élection du président de la république ou suffrage universel fait de tous nos locataires de l’Élysée des personnages romanesques (je ne discute pas de la qualité du roman…) sur lesquels, dans tous les cénacles, salons, cafés et dîners, dans toutes les conversations, on ne cesse de s’interroger. Qui était De Gaulle, Pompidou, Giscard ? Qui est Mitterrand ? Devenue suprême, la fonction attire tous les regards. Subséquemment, comme disent paraît-il les gendarmes, elle provoque toutes les questions et emmêle toutes les réponses. Pourtant, du gigantesque alambic à distiller ne sort finalement qu’une goutte à laquelle un mystérieux « on « donne une couleur unique de simplicité. Alors De Gaulle est « grand homme », Pompidou « paysan », Giscard  «  très intelligent mais… » Et Mitterrand « habile politicien. » Dans la forêt des signes, « on » troque l’aiguille de la boussole que rien ne fera bouger et, derrière l’image simple, « on » marche. Ou « on » déserte. »

Allez vite chez votre libraire. Vous ne serez pas déçu… Bon dimanche !

 

Jean Cau : « Croquis de mémoire »,  Julliard (février 1985). Réédité à la Table Ronde (La Petite Vermillon – excellente collection !) en 2007…

   

Mots-clefs :

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Avatar

    Jacques Molénat

    |

    Et c’était un Audois, natif de Bram !

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Oui oui et qui passait beaucoup de son temps dans une ancienne bergerie achetée tout près de Narbonne, au dessus de l’étang du Doul (un superbe endroit, un magnifique paysage…)

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Trois titres, trois représentations du monde…

Trois titres, trois représentations du monde…

Ce quotidien est le plus lu dans les Départements de l'Aude et des Pyrénées-Orientales. Trois éditions les couvrent : Carcassonne, Narbonne et Perpignan. Trois éditions et trois pages de "Une" : t[Lire la suite]
No thumbnail available

Deux heures loin du bruit et du désordre "mondain"…

Hier matin, longue marche de la passerelle entre Deux Villes jusqu’à l’écluse de Raonel. Deux heures d’efforts physiques et de quiétude morale. Ou plutôt de distance intellectuelle avec le bru[Lire la suite]
Salauds de riches, va !

Salauds de riches, va !

Notre-Dame de Paris. Et puis Zut, zut ! Encore plus salauds que je l'imaginais ces riches. Ils continuent leur mercantile et immorale pub en renonçant, après leurs dons, à leurs déductions fiscale[Lire la suite]
La "mer monte" au Grand Castelou, et Didier Mouly la trouve saumâtre…

La "mer monte" au Grand Castelou, et Didier Mouly la trouve saumâtre…

Didier Mouly « la trouve saumâtre », cette avarie financière dans le projet d’aménagement du Grand Castelou : un site remarquable situé  dans un espace protégé en bordure du canal de[Lire la suite]
Demain, Notre-Dame de Paris sera  encore plus belle !

Demain, Notre-Dame de Paris sera  encore plus belle !

Tant de choses paraissaient dérisoires devant le spectacle effrayant de Notre Dame de Paris en feu, hier soir, jusqu'à tard dans la nuit ; une nuit sans fin de noires pensées et de gorges nouées. [Lire la suite]
À l'Assemblée Nationale, une toile d'Hervé Di Rosa banaliserait le racisme !

À l'Assemblée Nationale, une toile d'Hervé Di Rosa banaliserait le racisme !

le 4 avril, l’hebdomadaire L’Obs publiait une tribune signée par Mame-Fatou Niang et Julien Suaudeau, intitulée « Banalisation du racisme à l’Assemblée nationale : ouvrons les yeux ». L’objet de l[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :