Contre-Regards

par Michel SANTO

L’effet papillon.

 

Un pasteur. Un fou, un seul, et un vent de panique secoue l’ensemble de la planète diplomatique. Des corans qu’il menace de brûler, et une tornade hystérique ébranle l’ensemble du monde islamique. Ailleurs dans le monde des bibles et des lieus de cultes de différentes confessions sont détruits, et personne ne s’en émeut. Un petit groupe de fanatiques américains aura donc suffit pour que l’asymétrie des relations inter-civilisationnelles et religieuses s’exprime dans toute sa violence. Et du piège dans lequel se trouvent enfermés ceux qui la refusent. Se taire et traiter par le mépris cet autodafé, c’était offrir aux islamistes de tous poils une occasion supplémentaire d’attiser la haine de l’occident. Et le condamner, comme cela a été fait, c’est conforter les extrémistes de tout bord dans leur pouvoir de nuisances. Décidément, l’onde de choc du 11 septembre 2001 n’en finit pas de produire ses effets destructeurs…

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (1)

  • Avatar

    pierrehenri.thoreux

    |

    Eh bien je réfléchissais sur le sujet, et je ne vois pas ce j’aurais pu dire de mieux… Amicalement

    Reply

Laisser un commentaire