Contre-Regards

par Michel SANTO

L’ostéopathie au secours des élus pour lutter contre le stress de leurs agents !!!

images-copie-11.jpeg

 

 

Le conseil communautaire du Grand Narbonne va voter, vendredi, une délibération visant à rembourser une séance d’ostéopathie par an à l’attention du personnel, afin de prévenir les pathologies liées au stress au travail.  On se frotte les yeux ! Il y a peu, les magistrats de la Cour des Comptes de Montpellier relevaient pourtant que ses agents effectuaient un temps de travail hebdomadaire largement inférieur à sa durée légale. La menace de plans sociaux à répétition, des cadences infernales ou un environnement hostile ne me semblent pas non plus caractériser leur contexte professionnel. C’est à ce genre de « petites » décisions administratives mais à forte teneur « symbolique » que l’on peut mesurer la distance qui sépare nos élus de la réalité . Je ne peux m’empêcher de penser en effet  à tous ceux qui aujourd’hui travaillent dans le froid, sous la pluie, poussent des brouettes, soulèvent des briques ou bitument nos routes… notamment . À tous ceux là qui se lèvent tôt pour des salaires de misère, vivent dans la précarité d’emplois toujours soumis à la dureté des marchés et de la concurrence, et payent des impôts toujours orientés à la hausse. À tous ceux là comment peut-on oser dire sans trembler que le produit de leur travail servira à financer des séances d’ostéopathie de fonctionnaires territoriaux confortablement installés dans l’ancien hôtel particulier de la Banque de France … Qui demain sans doute seront proposées aux employés communaux de Narbonne et de toutes les villes et villages de l’agglomération. Comment ne pas se rendre compte que,  en ce temps anxiogène,  cette ridicule mesure anti-stress ne peut être reçue par des électeurs-contribuables que comme une violente provocation… La responsabilité des élus n’est elle pas d’abord de soulager les courbatures  et autres maux psychologiques qu’endurent leurs concitoyens ! Il y a des jours où l’on se dit que certains devraient effectuer un « petit stage » en usine ou sur un chantier pour renouer avec la vie telle qu’elle est… plutôt que de penser demain, j’en connais pour qui c’est déjà fait, à un jacuzzi ou un sauna dans les sous sol de leur hôtel de ville, ou à l’étage présidentiel d’un hôtel d’agglo ou de région…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (4)

  • Avatar

    moynier claire

    |

    Qui s

    Reply

  • Avatar

    moynier claire

    |

    Qui sait s’ils n’ont pas poussé le vice jusqu’à “s’entendre ” avec quelque ostéo diplomé du week end !

    Reply

  • Avatar

    Jean-Luc VERGNAUD

    |

    Bonjour Michel,

    C’est toujours avec intérèt et souvent avec plaisir que je consulte ton blog même si je n’en partage pas toujours toutes les analyses.

    Accepter des avis contraires, c’est la démocratie au quotidien. Se remettre en cause, c’est avancer dans l’éveil et la connaissance.

    Je ne peux toutefois rester sans réagir aprés l’article du jeudi 19 décembre que tu as consacré au projet de rapport au Conseil Communataire sur la mise en place de séances d’ostéopathie pour
    certains agents du Grand Narbonne .

    Est-ce un défaut d’information? Je ne sais pas. Quoi qu’il en soit cette diatribe me semble marquée du sceau de l’injustice, ce qui me désole.

    Le rapport au Conseil est pourtant clair: il s’agit de mettre en place une expérimentation “dans le cadre de la prévention des risques professionnels (…) des accidents du travail et des arrêrts
    maladie”, d’améliorer la qualité de la santé et de limiter les arrêts de travail liés aux Troubles Musculo-Squelettiques. Ce dispositif s’adresse aux agents du service “ordures ménagères”
    (rippeurs et chauffeurs).

    Ces derniers, “travaillent dans le froid, sous la pluie (…), se lèvent tôt” et poussent – non pas des brouettes – mais des conteneurs lourdement chargés. On peut dire sans excès que
    l'”environnement hostile” caractérise bien leur contexte professionnel.

    Il n’est pas nécessaire d’ “effectuer un petit stage” avec une équipe de ramassage pour savoir qu’il ne s’agit pas là, à l’évidence, “de fonctionnaires territoriaux confortablement installés dans
    l’ancien hôtel particlulier de la Banque de France”!

    Je n’ignore rien des abus de certains fonctionnaires qui se retranchent derrière la protection du statut pour cacher – mal – leur insondable paresse et leur incommensurable incompétence.

    Mais hurler avec  les loups de l’anti-fonction publique, pratiquer l’amalgame entre la nécessaire lutte contre la corruption et le rejet de tous les élus, en un mot, désigner des boucs
    émissaires, c’est ouvrir une boîte de Pandore dont nous savons qu’elle se referme toujours sur les doigts de la démocratie.

    Certains sont prèts à jouer ce jeu dangereux.

    De grâce pas ceux qui prêchent le sens de la mesure et le triomphe de l’intelligence!

    Cordialement

    Reply

  • Avatar

    Michel Santo

    |

    Jean Luc ! 

    Je voulais ce billet ironique en jouant sur cette contradiction entre un temps de travail effectif relevé par la CRC et cette proposition là…  Je dois t’avouer que je n’avais pas lu cette
    proposition de rapport… J’ignorais donc que ce dispositif s’adressât aux agents du service “ordures ménagères” (rippeurs et chauffeurs). C’est donc sans peine que je regrette sincèrement de
    mettre laisser emporter par cette volonté de relever un écart symbolique “frappant” entre deux mondes, deux réalités qui, en réalité n’existait que dans mon imagination nourrie de la
    vaniteuse intention de faire de « bons mots » ou de « belles phrases » Ton ” pan sur le bec ” est donc bien venu et bien mérité;  mérité aussi que tu le fasses savoir
    dans les formes qui te paraîtront les plus appropriés à …ceux qui , dans ton environnement professionnel, se sont sentis injustement stigmatisés…

    NB Accordes moi cependant que ni l’injure, la grossièreté, à la limite parfois la diffamation d’un certain site local auto-proclamé gardien de
    l’éthique en politique, ne se trouvent dans mes textes… et que je ne hurle jamais avec les loups ! 

     

    Bien à toi, Jean Luc !

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :