Contre-Regards

par Michel SANTO

La barbarie sanguinaire.

IMG_0510.JPG

L’un s’appelle Peter Kassig, en photo ci-jointe.

L’autre s’appelle Maxime, il a 22 ans, né en Normandie, selon les témoignages jeune homme gentil et sans histoire. Il s’est engagé dans le Jihad auprès de l’Etat islamique en Irak et il est devenu un bourreau sanguinaire, impliqué dans l’égorgement d’otages et de prisonniers. Le passage de la vie quotidienne à la barbarie extrême fait froid dans le dos. Cette histoire abominable rappelle celle de ces Français engagés dans les SS qui ont participé à des massacres de populations civiles ou de cet autre français qui pendant des années, a torturé et exécuté des compatriotes prisonniers au Vietnam. Ce n’est pas une affaire de religion, ni même, en vérité, de religion trahie et dévoyée par la barbarie, pas même d’idéologie totalitaire, mais avant tout de simple nature humaine. Comment des anges se transforment en démons. Comment toute pitié, tout sentiment humain, toute compassion envers son prochain peut disparaître d’un cœur pour laisser place à une perversité sadique et une cruauté inouïe. Comment le fanatisme est l’expression de la bestialité vicieuse. Comment le mal absolu peut triompher là où on l’attend le moins. Je pense aux parents de ce pauvre blondinet américain, Peter Kassig, engagé dans l’humanitaire en Syrie et en Irak, gardé captif pendant un an par ces monstres – dont un compatriote qui porte le même prénom que moi – avant d’être décapité dans des conditions indescriptibles. Je ne sais ni quand ni comment mais je sais que la justice passera, celle des hommes ou une autre, mais elle passera et m’accroche à cette idée pour supporter la pensée de telles immondices.

Texte de Maxime Tandonnet.

 

Mots-clefs : , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

      Dans la plupart des pays européens confrontés aux mêmes problèmes : diminution des actifs et augmentation de la population âgé, la réforme des « retraites » s’est faite sans que[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio