Contre-Regards

par Michel SANTO

La présidentielle de 2017, sera aussi un référendum sur l’Europe!

x510_philippot.jpg.pagespeed.ic.MXZIKu6IXH.jpg

Florian Philippot à Metz en décembre 2015 • Crédits : Vincent Kessler – Reuters


Malaise dans la rédaction… de France Culture. Ce matin, 21 avril 2016, Guillaume Erner recevait Florian Philippot. Son ton était “posé”, mais, sous sa cadence, perçait toutefois une légère ironie mêlée de mépris. Dans cet affrontement policé, la preuve était aussi faite que “l’intellectuel-journaliste” – ou l’inverse -, catégorie sociologique et emblématique de cette chaîne, peut, sur son propre terrain, se trouver désarmé face à un adversaire de ce calibre. Caroline Eliacheff, subtile, à sa manière, le relevait en demandant à Philippot “s’il avait conscience que les journalistes ne savaient plus comment le prendre” (je cite de mémoire!). Je ne sais plus si c’était avant ou après l’insistance de G. Erner sur son homosexualité et  sa demande d’explications sur l’importance du vote des couples homosexuels en faveur de son parti et des homosexuels, en général et en Europe, pour l’extrême droite. Une séquence, longue, pour initiés, si je puis dire, où flottait la référence implicite à l’esthétique du IIIème Reich et son attrait supposé pour des personnes ayant la même orientation sexuelle que la sienne. Bref, de cet échange, et sur cette séquence en particulier, l’adversaire de monsieur Erner en est sorti à son avantage en le renvoyant dans le camp de tous les communautaristes, tout en se référant, philosophiquement, à la notion de citoyenneté. Le prix payé par la  condescendance d’un intellectuel qui refusait, a priori, ce statut à son interlocuteur du jour! La leçon sera-t-elle retenue? J’en doute! Et ce n’est qu’après la courte intervention interrogative de Brice Couturier que l’on est passé, enfin, aux choses sérieuses: l’Europe. Et ce fut pour entendre ceci: “Six mois après l’élection de Marine le Pen, référendum pour en sortir, souveraineté monétaire, dévaluation de 15% etc…”. Très clair! Mais il était trop tard pour que la discussion ait véritablement lieu. Et pourtant c’est bien à cela qu’il va falloir répondre dans la prochaine campagne de la présidentielle de 2017. Une campagne et une élection qui vont s’apparenter en effet à un véritable référendum sur l’appartenance de la France à l’Europe… et de leur destin commun. Il serait temps que tous les messieurs Erner de ce pays se réveillent!


Photo: illustration de l’émission “les Matins de France Culture”.

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

    Finalement, quand on y réfléchit bien, la politique se résume à une seule passion : le goût du pouvoir ; et l’assouvir suppose que, par celui (ou celle) qui l’éprouve, soient clairem[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oubli !

Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oub

    Denis Carrière : café de la Paix. Capestang (34)    M. est un ami. Il me dit ne pas pouvoir rester assis à la terrasse d’un bistrot plus de 15 minutes ; et s’étonne toujours[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio