Contre-Regards

par Michel SANTO

La tentation scissionniste chez les Radicaux fusionnés, fera-t-elle long feu ?…

 

Il y a chez nos “Radicaux” une culture de la scission-fusion qui n’est pas sans rappeler celle, quasi génétique, de la mouvance trotskiste :  la Révolution permanente, j’entends celle du corps social, en moins, le radicalisme français et ses deux petits satellites de gauche et de droite s’étant contenté au cours de ces 40 dernières années de jouer le rôle de supplétifs aux partis de gouvernements – PS et UMP.

Une séparation organisationnelle et politique qui a pris fin dès l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République entraînant une recomposition partisane inédite sous la Ve République : les partis politiques traditionnels ayant été balayés au profit de La République en Marche. Exit donc le PRG et le Parti Radical valoisien, en 2017, conséquemment ;  et naissance du Mouvement radical, social et libéral, la même année. En même temps, selon la formule présidentielle consacrée, de droite et de gauche, nombre d’entre eux appartiennent encore, dans les collectivités locales – Régions, Départements, Communes et Intercommunalités –  à des majorités conduites par le PS ou LR ; alors que les mêmes, et leurs anciens partis, ont contribué à l’élection du Président de la République ainsi qu’à celle de députés estampillés LREM, concourant de fait à la marginalisation de leurs  alliés historiques à l’Assemblée… (les beautés du radicalisme à la française !) [1]

Bien, mais voilà que renaît la tentation scissionniste. Madame Pinel ex-radicale de gauche souhaite en effet  créer un groupe autonome à l’Assemblée, “pas dans une franche opposition, mais à distance du gouvernement”. Un retour au passé en quelque sorte que critique vertement une dizaine (c’est beaucoup à l’échelle radicale)  de ces députés radicaux  appartenant au groupe LREM et soutenant le gouvernement – au sein duquel siègent deux membres du mouvement. Ce qui me semble une position plus rationnelle ! Je ne vois pas en effet quel espace politique singulier pourrait occuper un tel groupe autonome, ni son utilité électorale pour les prochaines échéances européennes et municipales.

Dans l’état actuel de la situation politique, les radicaux sont, en réalité, condamnés à se dissoudre sous un label LREM pour tenter de conserver ou conquérir de nouvelles positions électives. S’ils l’oubliaient, le risque serait d’en perdre beaucoup !

[1] Comme dans ma région Occitanie-Pyrénées-Méditerranée  où les anciens radicaux de gauche sont ardemment “socialistes” canal historique avec madame Delga, à Toulouse, et gaillardement marcheurs avec le député de LREM  Alain Perea, dans la Narbonnaise…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    GENESTE

    |

    et brillent par leur absence dans l’ Hérault !! un certain Thinès restait pourtant présent dans les deux fractions restantes !!
    ..çà a beaucoup évolué certes..mais ..toujours bons dans la course à l’échalotte !
    La recomposition se fera aux municipales à Montpellier Saurel ou insoumis ??

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Quelques notes prises au fil des jours (du 21 au 27 février 2020)…

Quelques notes prises au fil des jours (du 21 au 27 février 2020)…

    Le 27 de ce mois. Il écrit sur sa page Facebook : "départ pour les Seychelles", et reçoit des brouettées de "J'aime". Sitôt arrivé, il nous montre ses photos, qui suscitent une flopé[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales 2020 : Quelques remarques sur la polémique entre Bertrand Malquier et Nicolas Sainte Cluque

Narbonne ! Municipales 2020 : Quelques remarques sur la polémique entre Bertrand Malquier et Nicolas

  Narbonne. Hôtel de ville.  Bertrand Malquier accuse Nicolas Sainte Cluque de plagiat, le second prétendant le contraire. Le sujet de la polémique étant « l’aménagement des berges de la Ro[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

Narbonne ! Municipales 2020 : Transferts politiques croisés et brouillages idéologiques…

  Narbonne. Hôtel de ville.  Nous n’aurons jamais vu autant de « transferts » politiques croisés que dans cette dernière « campagne » des municipales. Impossible ici d’en dresser la liste c[Lire la suite]
Quelques notes prises  au fil des jours…

Quelques notes prises au fil des jours…

    Ai noté ceci : Le 4 février : Toujours du grand Jules Renard, dans son journal : «Il y a des gens qui, toute leur vie, se contentent de dire : « Évidemment ! Parfaitement ! C'est ho[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :