Contre-Regards

par Michel SANTO

La tentative d’assassinat politique de Manuel Valls; et de tous les autres… .

images-1-copie-9.jpeg

 

C’est après quelques jours de dépôt , sa première lecture n’étant pas passée, que j’ai repris ligne à ligne la chronique de Pierre Marcelle parue dans  le « Libération » du 24 Octobre 2013. Du style et du nerf au service d’une idée. Une seule : vile ! Tout entière dans cette première phrase :  « S’il nous prenait, à l’instar du cinéaste Arnaud Desplechin (voir Libération du 21 octobre), de réactualiser la désuète expression de «lepénisation des esprits», c’est celle de «vallsification», plus à même de dire une barbarie mieux policée, que nous retiendrions. » Vallsification, qui serait ainsi l’autre nom de la rupture, à gauche, avec ce que notre professeur de vertu désigne comme lui appartenant en propre : « les droits de l’homme en leur intangibilité ». Le reste de son texte, dont il n’est pas question ici d’en nier la pertinence tant dans la description elliptique d’une réalité sociale aussi noire qu’indifférente à nos vigilantes élites, que dans l’accablant constat d’un pouvoir aussi tartufesque qu’inaudible dans son projet et ses fins, ne servant qu’à exalter cette conviction que Manuel Valls serait l’inspirateur et l’exécuteur d’une barbarie policée . Une barbarie qui puiserait dans les mêmes eaux boueuses du populisme mariniste ou copéiste une xénophobie et un racisme cependant légèrement teintés des hypocrites couleurs compassionnelles et rosées d’une gauche qui ne le serait plus. Ce texte, ne nous y trompons pas, a été fait pour « tuer », symboliquement, au delà de la personne ciblée, tous ceux qui osent enfin sortir du cercle idéologique de la bien-pensance au centre duquel  trône l’intouchable et pure icône de la « Victime » sociale: celle de « l’Immigré » en incarnant la figure la plus emblématique. Ravagé par la mauvaise conscience et le sentiment de culpabilité pour avoir porté Hollande et les siens au pouvoir, Marcelle retrouve ainsi ses accents et ses figures de rhétoriques des années Mao ; celles, originelles, de son journal, à la différence près qu’on n’y brandit plus le « Petit Livre Rouge » et sa dialectique casseuse de briques mais un bréviaire victimaire  farci d’un pathos sentimental et compassionnel.  Son texte guillotine est caractéristique de cette police de la parole, qui, au demeurant, fait bon ménage, dans tous les sens du terme, avec ceux des marchands d’émotion que sont les grands médias. De cette victimisation des grandes questions sociétales à laquelle est confrontée notre société , ne nous y trompons pas, le  vrai vainqueur en sera toujours le Front National qui , lui , sait jouer sur le ressentiment et la logique du bouc émissaire. Et Pierre Marcelle, à son esprit défendant, peut-être, en est le propagandiste inconscient. Son texte, d’une cruauté idéologique sans pareille, n’est il pas fait de bons sentiments ? Comme ceux de l’officier qui tire une dernière balle dans la tête du déserteur agonisant …

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Les dessous de la rentrée politique de Jacques Bascou...

Les dessous de la rentrée politique de Jacques Bascou...

    Rentrée de Jacques Bascou, après celle de Didier Mouly, dans le même journal, où il confirme paradoxalement sa sortie tout en expliquant que ce n’était pas lui qui avait quitté l[Lire la suite]
Oui, la Salle Multimodale et le Parc des Expositions devraient être gérés par le Grand Narbonne…

Oui, la Salle Multimodale et le Parc des Expositions devraient être gérés par le Grand Narbonne…

    Plus on se rapproche des élections municipales, plus la réflexion collective, au sein du conseil communautaire de l'Agglo, comme chez les élus de la Ville de Narbonne, semble pro[Lire la suite]
Le tourisme de masse concourt à l'enlaidissement physique et sonore du monde…

Le tourisme de masse concourt à l'enlaidissement physique et sonore du monde…

            Les touristes sont venus plus nombreux encore que l'année dernière dans le coeur de ma petite ville ; et nos élus de vanter l'excellence de le[Lire la suite]
Après la rentrée des classes, celle de Didier Mouly et de sa multimodale salle…

Après la rentrée des classes, celle de Didier Mouly et de sa multimodale salle…

      Prenons date ! Didier Mouly l'assure dans "l'Indépendant" : la salle multimodale sera pleine 10 mois sur 12 : 300 jours par an. Remplie de quoi ? il n'en sait rien, mai[Lire la suite]
Un salon des seniors,  ricane la camarde…

Un salon des seniors, ricane la camarde…

        À l'exception de ceux de coiffure, ma petite ville n'est pas une ville de salons. Preuve en est son Parc des Expositions toujours vide – il ne fait le plein que p[Lire la suite]
Les "Pompes Funèbres" tenaient leur messe au Théâtre Scène nationale…

Les "Pompes Funèbres" tenaient leur messe au Théâtre Scène nationale…

      J'apprends que les "croque-morts" publics ont tenu leur messe annuelle au Théâtre Scène Nationale. Ne pouvait-on pas trouver équipement plus adapté à cette honorable corpor[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :