Contre-Regards

par Michel SANTO

L’Aude et la Narbonnaise championnes de France de la fraude au rosé !?

         

Les gros importateurs français de vins étrangers ont été contrôlés par les agents de la Répression des fraudes. Résultat : « Nous avons constaté des fraudes chez quatre négociants-producteurs, explique Alexandre Chevallier, le directeur de cabinet adjoint de la DGCCRF.” Et les cas de francisation ne concerneraient que 70 000 hectolitres de vin. Soit l’équivalent de 10 millions de bouteilles de rosé ! Des chiffres, dans l’absolu, énormes, qui font hurler la profession et crier au scandale du siècle dans les médias, mais qui, en réalité, ne représentent qu’une goutte d’eau dans l’océan des rosés produits et consommés en France. De fait, la fraude en question ne pèserait qu’environ 0,001% des 6,4 millions d’hectolitres produits chaque année [1] et 3,37% des bouteilles (320 millions) issues du seul Languedoc… Oui, bon, ce n’est pas rien, certes, mais de là à ameuter la terre entière… J’observe d’ailleurs que la réaction des locaux, souvent pétaradante sur ce sujet, me semble aujourd’hui, disons embarrassée. Serait-ce la chaleur caniculaire qui pèse en ce moment sur les casques où  bien cette information (passée sous silence dans la presse du coin) selon laquelle, un négociant, près de Narbonne (des noms ! allez un petit effort…), aurait maquillé à lui seul 30 000 hectolitres de vin en trois ans. L’Aude et la Narbonnaise championnes de France de la fraude au rosé ! En pleine saison estivale où il s’en boit des hectos, ça la fout mal en effet…

[1] La France est le premier producteur mondial de rosé, avec un tiers des volumes. C’est aussi le premier exportateur, avec 32 % des rosés exportés. La France est aussi le premier consommateur, mais elle commence à manquer de vins. Les volumes du millésime 2017 sont en recul, face à une récolte bien plus faible que les autres années.

           

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire