Contre-Regards

par Michel SANTO

Laurent Wauquiez nous sort le théorème de Georges Frêche : “Les électeurs sont des cons” !

     

Bon ! je ne vais pas en rajouter à la “déferlante” de féroces critiques qui s’abattent sur Laurent Wauquiez depuis sa désormais célèbre conférence donnée dans une “grande école” lyonnaise (L’école de management et de commerce). L’indignation, de tout bords, est générale : “Diffamations, injures, vulgarité…” ; “Du Trump et du Le Pen confondus”… Il est vrai que ses propos “décoiffent”, tant sur le fond que sur la forme ((lire aussi l’article de mon amie blogueuse Nathalie MP en cliquant sur ici)

On se croirait sur Facebook ! Où se baigne son public d’étudiants lyonnais qui, si j’en crois ses premières réactions, semble apprécier ce parler “cash”, loin du “baratin” et de “l’eau tiède habituellement servis sur les ondes et les plateaux télés.” Et sommes nous vraiment hors limites des saillies, rumeurs et mensonges qui alimentent quotidiennement le lucratif marché des “fausses indignations” idéologiques. Celles dont vivent nos éditorialistes (les sérieux comme les comiques).  Laurent Wauquiez est en effet un très “bon client” !

Cela dit, dans cette courte séquence, le président des LR (qui est loin d’être un imbécile), sait ce qu’il fait. En “tuant” Sarkozy il veut s’imposer en chef de parti ouvrant une nouvelle ère politique, à droite, tout en faisant le procès en illégitimité du Président de la République en titre au motif d’avoir organisé la démolition de François Fillon. Rien que de très banal en réalité, et loin du langage cash sensé dévoiler la “vérité” de la politique. Un langage cash qui d’ailleurs me fait irrésistiblement penser à Georges Frêche, l’ancien président de la Région Languedoc-Roussillon.

Lors d’un cours (du style de celui de Wauquiez) qu’il a dispensé à des étudiants (les siens, pour le coup), de la Faculté de droit de Montpellier en 2008, ne confessait-il pas que pour conquérir ou conserver le pouvoir il ne s’adressait jamais à des gens intelligents :

“Des gens intelligents, il y en a 5 à 6%, il y en a 3% avec moi et 3% contre, je change rien du tout. Donc je fais campagne auprès des cons et là je ramasse des voix en masse.” Et pour cause, selon lui :  “Les cons sont majoritaires, et moi j’ai toujours été élu par une majorité de cons et ça continue parce que je sais comment les « engraner », « j’engrane » les cons avec ma bonne tête, je raconte des histoires de cul, etc… ça un succès de fou, ça a un succès fou […] iIs disent, merde, il est marrant, c’est un intellectuel mais il est comme nous, quand les gens disent “il est comme nous”, c’est gagné, ils votent pour vous. Parce que les gens ils votent pour ceux qui sont comme eux, donc il faut essayer d’être comme eux les cons sont cons et en plus ils sont bien dans leur connerie.”

Finalement, la leçon à tirer de ces deux “cours” est qu’à trop jouer au con, on le devient soi-même…

   

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Avatar

    camus

    |

    Rien de nouveau sous le soleil , Charles de Gaulle : les Français sont des veaux , Philippe Pétain : les Français ont la mémoire courte , etc…… Le plus désolant c’est que ces grossièretés , ces déclarations à l’emporte-pièce ne sont faites que pour créer le Buzz , merveilleuse invention pour occuper le bon peuple . Pour ma part je serai assez favorable à la remise au gout du jour des jeux du cirque : Sarkozy en rétiaire , Wauquiez en mirmillon , Macron en thrace , à la fin des combats , le bon peuple par charité Chrétienne lèverait le pouce en haut . Étant Montpelliérain de cœur , je ne ferai pas de commentaires déplacés sur Georges Freche , je me souviens d’une anecdote amusante , son opposant de l’époque l’avait comparé à un bœuf nourri au tout-aliment . La comparaison ne manquait pas de sel car le maire emblématique de Montpellier ne se caractérisait pas par sa délicatesse , en effet . Ceci-dit , comme je l’ai déjà dit , s’il s’était arrêté , venant de Toulouse , à Narbonne , notre ville aurait certainement une autre allure .

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Si je vous suit Thierry, la fin justifie les moyens ! Et je vous trouve bien indulgent quant au “manque de délicatesse” de l’ancien maire de Montpellier. Les propos de Wauquiez à l’aune de ceux de Frêche paraissent presque relever du plus grand académisme…

      Reply

  • Avatar

    Didier

    |

    Faut rapidement accabler les magistrats de la Chambre Régionale des Comptes d’Aquitaine car ils ont fait les mêmes observations sur les finances de Bordeaux début janvier. Mais ça n’interresse pas les médias. Quant à Frêche « joker »

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :