Contre-Regards

par Michel SANTO

Le ” coup d’Etat ” de Manuel Valls !

Le " coup d'Etat " de Manuel Valls !

Avec la nomination de Manuel Valls à Matignon, on vient d’assister à un véritable « coup d’Etat » symbolique au plan institutionnel. La figure de l’autorité, de l’énergie, de l’initiative que les Français accordent à la fonction présidentielle , c’est Valls , premier ministre, qui désormais l’incarne. On peut donc dire que Hollande, contraint, s’est  auto-chiraquisé et que nous sommes entrés dans une forme inédite de cohabition. La présidence n'est plus normale, elle n'est plus … La campagne des présidentielles, à gauche, est ouverte ; et la jeune garde : Valls-Montebourg-Hamon est à la manoeuvre. Ça promet !

 

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (8)

  • Avatar

    argos

    |

    Ce n’est qu’une apparence , car ce gouvernement démontre bien un compromis entre les deux hommes ,les deux caractères, c’est un gouvernement négocié , les deux ont fait des concessions et Vals doit avoir un aval du Président pour officialiser sa liste dans tout les cas !
    Hollande est un faux mou , un faux indécis,il décide au contraire froidement et avec calcul,il fait moins animal politique ,normal après un trublion comme l’ex président par exemple, mais il sait ou il va , comment il y va ,il a cependant un gros défaut c’est un taiseux doubler d’un très mauvais communicant , c’est sur ce point qu’il y aura accrochage entre les deux hommes….pas sur la politique a mener ,mais sur comment la communiquer d’une manière efficace,mine de rien la pédagogie dans ce domaine aide grandement a une réussite.
    Surtout si on le la confond pas a de la propagande politicienne,une "révolution culturel" s’impose dans la pratique d’un pouvoir communiquant !

    Reply

  • Michel Santo

    Michel Santo

    |

    Vous avez en partie raison ! Mais nous sommes entrés, on peut le regretter mais c’est ainsi, dans une ère post politique, où le " symbolique ", qui est l’essence même du politique, passe par la communication , ses outils, son langage etc… Valls, de ce point vue, les maîtrise parfaitement bien : il est un pur produit de cette nouvelle génération post moderne… Comme Sarkozy ! D’autre part, Valls comme Sarkozy encore, sait bien, que , notre système politique, dépend entièrement, malheureusement, de l’autorité présidentielle, le premier ministre n’étant , de fait, qu’un exécutant … Or, aujourd’hui et c’est là tout le paradoxe de la situation – combien de temps durera – t -elle , je n’en sais rien – tout se passe comme s’il venait, Valls évidemment, de présidentialisme Matignon …

    Reply

  • Michel Santo

    Michel Santo

    |

    Pardon ! " présidentialiser Matignon "

    Reply

  • Avatar

    boyer

    |

    Peut être mais Hollande a su imposer ses choix et n’a t-il pas mis Valls au poste de premier ministre pour mieux l’affaiblir?

    Reply

  • Avatar

    argos

    |

    j’avais bien "traduit" presidentialiser matignon"!
    Mais un pouvoir a deux têtes ne peut exister, et les dégâts d’un premier ministre faisant une politique imposer au président serait très mal perçue par l’électorat Français n’étant pas élu par celui ci!
    Vals espérant 2017 AU PIRE 2022 ne peut se le permettre ….
    La main reste et restera donc au président et Vals ne pourra que donner sa démission en cas de graves désaccords …!

    Reply

  • Michel Santo

    Michel Santo

    |

    Certes Boyer ! Mais si Valls échoue, c’est Hollande qui se " tue " ! Et si Valls est trop contraint, il saura dire que c’est de la faute à Hollande … Quant à la majorité parlementaire, l’arme de la dissolution lui fera avaler son chapeau, en contrepartie de quelques bricoles symboliques. Mais pour que tout cela fonctionne, il lui faut vite des résultats à Manuel. Et je n’y crois guère. C’est pour cette raison aussi que Duflot et les Verts sont quasiment dans l’opposition …

    Reply

  • Michel Santo

    Michel Santo

    |

    Oui Argos ! voir ma réponse à Boyer !

    Reply

  • Avatar

    belo

    |

    Aucun manœuvre politique ne sert rien! Hollande, comme les autres kaput.
    Ils sont condamnés. Un moment la dette deviendra intenable. La solution sera radicale, pour la gauche et droit . Comme toujours dans histoire irrationnelle domine.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite,  je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite, je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

      C’était Samedi. Après une petite station devant l’admirable vitrine de Brice Sarda, je reprenais ma «course» quotidienne et remontais vivement vers la place du Forum. U[Lire la suite]
Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :