Contre-Regards

par Michel SANTO

Le maître d’ouvrage de la salle multimodale de Narbonne face au risque juridique…

 

     

Nous ne connaîtrons donc pas le jugement (au fond) du Tribunal Administratif de Montpellier sur  la légalité du marché conception-réalisation de la salle multimodale avant 2019 (dans le courant du premier semestre, nous dit-on). Une décision d’autant plus surprenante que le même Tribunal avait rejeté sa suspension au motif qu’il délibérerait sur le fond avant le commencement des travaux tels qu’il étaient alors programmés. Or le permis de construire signé par Didier Mouly sera purgé le  21 août 2018, ce qui l’autorise (un peu vite !) à souhaiter un engagement des travaux dès octobre prochain.  Le journaliste rapportant ces faits précisant : “On voit mal la justice annuler le marché de conception-réalisation après le début du chantier…” Une phrase particulièrement désagréable à l’oreille d’un juge et propre à faire bondir un Tribunal tout entier. Et pour cause, un juge administratif se moque éperdument de savoir si un chantier a commencé ou pas. Il est payé en effet  pour juger en droit de la légalité des actes administratifs ; et il le fait, parce qu’il doit le faire, sans prendre en considération les éléments périphériques au dossier – et surtout pas ceux dans le genre “je vous place devant le fait accompli”. On a d’ailleurs vu récemment  des bulldozers démolir des constructions après l’annulation des permis de construire les autorisant. Le maître d’ouvrage de la salle multimodale projetée a donc le choix entre un engagement immédiat des travaux, en prenant le risque (économique et financier) d’une annulation du marché (et l’arrêt consécutif du chantier) ou son report en 2019, au moins, jusqu’à ce que la requête  en annulation soit examinée au fond. À lui d’évaluer ce risque ; et d’en assumer ses éventuelles conséquences – favorables ou pas. À suivre…

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Yves Couriaut

    |

    …sauf à considérer que le passage en force constitue un mode de gestion, ce qui n’est pas une nouveauté
    chez nos élus.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :