Contre-Regards

par Michel SANTO

Le mammouth se porte bien, merci PISA !

 

 

education_classement_pisa_ecole.jpg

 

 

Bon, eh bien voilà une nouvelle exception française, dont nous présentions le modèle au monde entier comme étant celui d’une République exceptionnelle elle aussi, qui brusquement apparait pour ce qu’il est: une machine qui produit plus « d’inégalités » que celles fonctionnant dans beaucoup  d’autres pays, en Asie notamment. Sans parler de l’Allemagne et de la Finlande ! En réalité notre système fonctionne bien pour les 20% du haut et du bas de l’échelle, mais pour les 60% … la cata ! Dans les autre pays, il n’y a pourtant pas moins d’élèves par classe et les budgets n’y sont pas supérieurs… Le problème n’est donc pas dans les « moyens », et leur faiblesse, comme l’avancent les syndicats de l’éducation nationale depuis 50 ans ! Mais bien plutôt dans l’organisation de notre système éducatif, ses méthodes et ses finalités . J’observe que, comme d’habitude, depuis la publication de l’enquête internationale PISA, la responsabilité de nos médiocres performances est imputée aux gouvernements précédents, sans que personne n’ose pointer la responsabilité, partagée, du corps enseignants. Celui ci , en effet, cogère, de fait, le système avec pour seule ambition de n’y rien changer tout en exigeant des injections financières toujours plus importantes. Hollande avait fait de l’école le chantier du quinquennat – qui s’en souvient encore ? À l’aune des premières mesures engagées par son gouvernement, et du tableau qui vient de nous être présenté, on peut s’inquiéter du silence des enseignants et des parents d’élèves ( ! ), surtout … et sourire de la dernière idée du ministre consistant à diminuer les rémunérations des profs des classes préparatoires pour augmenter ( de combien ? ) celles de leurs collègues exerçant ailleurs … Une initiative exemplaire et à la hauteur des enjeux , que de nombreux autres pays ne manqueront pas de reprendre à leur compte…Qui peut en douter ?

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Nicolas

    |

    Le corps enseignant cogère bien évidemment un établissement scolaire, mais il n’est qu’un acteur parmi d’autres. Et son effet sur la performance d’un établissement est quasiment nul car chaque
    établissement a ses propres caractéristiques difficiles à changer. On observe que le personnel enseignant passe mais que l’établissement conserve sa propre identité : un collège de ZEP reste ZEP
    quelque soit le personnel enseignant. 

     

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

      Dans la plupart des pays européens confrontés aux mêmes problèmes : diminution des actifs et augmentation de la population âgé, la réforme des « retraites » s’est faite sans que[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :