Le moment « retraites » chez Guillaume Elner et son équipe du matin sur France Culture.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Me.18.1.2023
 
Moments de vie : Avec Guillaume Elner et son équipe du matin sur France Culture.
 
Ce matin, je me suis levé un peu plus tard que d’habitude. Pendant que je préparais mon petit déjeuner dans la cuisine, j’écoutais la « Matinale » de Guillaume Elner, sur France Culture – déjà bien avancée. Les progrès de la recherche en intelligence artificielle, ses applications concrètes et ses conséquences économiques et sociales, étaient le sujet du jour. Les invités d’Elner contribuaient pour beaucoup à la qualité des échanges. J’écoutais donc attentivement les uns et les autres tout en appréciant la chaleur et les arômes de mon café. Le soleil qui entrait par les grandes baies de la pièce ajoutait au plaisir de l’écoute la douceur de sa lumière. Bref ! J’étais détendu. J’apprenais un « tas de choses » et cela seul me rendait heureux. Jusqu’à ce que l’heure du « journal » sonne. Avec en tête de gondole, bien sûr, la réforme des retraites. La journaliste de service s’est alors longuement étendue sur les manifestations de jeudi, les débats à venir à l’Assemblée Nationale, les rapports de forces politiques… Je commençais à perdre pied quand est venu le moment décisif du micro-trottoir. La perche avait été tendue à un enseignant gréviste très remonté. La retraite à 64 ans était un scandale, s’écriait-il, car ses collègues et lui, à cet âge, seraient trop vieux et de ce fait « coupés » des jeunes générations. Qu’ils ne comprendraient rien aux préoccupations, aux besoins, aux désirs et à la culture de leurs jeunes élèves ; qu’ils seraient en quelque sorte obsolètes. Stupéfait par la débilité du raisonnement qui dynamitait les raisons et les devoirs propres au métier d’enseignant, je me jetai alors inconsidérément sur une dernière tasse de café entre temps devenu hélas tiédasse, imbuvable. Que j’avalai malgré tout au risque d’aggraver des brûlures d’estomac latentes et devenues beaucoup trop sensibles aux médiocrités du « temps ». Je m’étais pourtant promis d’y rester indifférent. Mais voilà, deux, trois minutes d’inattention avaient suffi pour y céder.
Demain, donc, je garderai ma petite fille Mila. Ses enseignants font grève et son école sera fermée. Elle aura onze ans dans les prochains jours. Pour rester le plus longtemps possible auprès d’elle, de son grand frère et sa grande sœur, je suis attentif à l’évolution de leurs mœurs sociétales et culturelles. Elles ne sont pas forcément à mon goût, mais je fais l’effort de les comprendre. Je pense aussi leur transmettre une part de ce que je sais ou crois savoir du monde. On s’apprend, pour tout dire. C’est ce que j’aurais aimé pouvoir dire à ce jeune enseignant révolté entendu ce matin. Je lui aurais dit aussi, qu’à la réflexion, je le trouvais bien « vieux » pour son âge ; que je me sentais plus fort et plus jeune que lui. Et que je plaignais ses enfants de l’avoir pour maître.
 
 
 
 
 
 

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :