Contre-Regards

par Michel SANTO

Le rire pour rester sérieux.





« Et si le handicap structurel
économique de l’Aude avait été une demi-chance pour que la crise se passe ici, un peu moins durement que dans des départements fortement industrialisés ? »  C’est le message que tenait à faire passer Madame le Préfet de l’Aude lors de sa dernière conférence de presse .
 Un peu comme si Dominique Strauss Khan, le patron du F.M.I, affirmait que le sous développement du Burkina Faso avait été une grande chance et que  la crise financière et la montée du chômage avaient moins affecté ses habitants que ceux des pays industrialisés ou en voie de développement.
Un détournement du sens des mots et des réalités comme on en trouve des centaines dans la bouillie médiatique qui nous est quotidiennement servie.
Il fut un temps où je m’en indignais.J’ai désormais pris le parti d’en rire.
Le seul instrument qui nous reste pour rester sérieux…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]