Contre-Regards

par Michel SANTO

Les économistes ont toujours raison!

 

 

Il n’y a pas si longtemps encore, les keynésiens purs sucres menés par Jean Paul Fitoussi de l’OFCE, nous expliquaient à longueur de colonnes dans le journal « Le Monde » qu’il fallait un euro faible et creuser les déficits pour relancer nos économies et réduire le chômage. Nous y sommes enfin et le résultat, comme d’habitude, infirme les prévisions de nos experts : croissance molle et chômeurs en plus. Avec, en prime, la fuite de l’épargne non résidentielle et la hausse de son prix, qui creuse un peu plus nos déficits publics. La solution ? Augmenter l’impôt sans toucher aux dépenses publiques nous dit Xavier Timbeau le directeur du département analyse et prévision à l’OFCE. Tiens donc ! Pour nous retrouver en AAA-, largués par les Allemands et au régime espagnol ? Méfiez vous des économistes, ils ont toujours raison…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]