Contre-Regards

par Michel SANTO

Les Enfoirés, chasse aux sorcières en absurdie. Par Natacha Polony!

images

Retenu dans la presse, ce matin, cet extrait d’un article de Natacha Polony:

Il y a quelque chose de délicieux à observer le nouveau maccarthysme qui fleurit dans une société obsédée par les «dérapages», les «sorties de route» et l’usage du pilori médiatique. Avec le concours démultiplicateur de réseaux sociaux qui reproduisent à la vitesse de la lumière les opinions des procureurs improvisés. Mais il ne s’agit plus de débusquer les communistes en période de guerre froide. Non, le nouveau crime qui vaut excommunication, et qui est au moins aussi vague que l’accusation du sénateur McCarthy, c’est de se rapprocher plus ou moins d’une entité dévorante et indéterminée: la réaction. Dernière victime: le gentil par excellence, le chanteur consensuel du bovarysme contemporain et des rêves d’évasion, Jean-Jacques Goldman.

La polémique sur la dernière chanson des Enfoirés a ceci d’amusant qu’elle réunit dans la dénonciation lapidaire des «réacs» «antijeunes» (crime suprême), un JoeyStarr et un Jacques Attali. Aux antipodes l’un de l’autre? En fait, qui se souvient du formidable petit essai de Jean-Claude Michéa,La Caillera et son intégration (Climats, 1999), comprendra comment un représentant de ce rap qui a érigé l’imagerie de la loi de la jungle et de l’argent roi en affirmation identitaire peut rejoindre un des artisans de la mondialisation heureuse et dérégulée.

Vulgaire et antijeune pour l’un, marchant pour l’autre sur les traces du FN… Qu’est-ce donc qui a pu déclencher une telle artillerie? Une chanson pleine de bonnes intentions sur une jeunesse qui interpelle la génération précédente, celle, bénie, du plein-emploi (davantage la génération de Jean-Jacques Goldman et Maxime Le Forestier que de ceux qui les entourent), et se voit répondre par des vieux volontairement présentés comme un peu angélistes (et donneurs de leçons quand ils disent à ces «petits cons» de ne pas fumer) «faut vous bouger», «ce qu’on a, on ne l’a pas volé». Un peu de second degré, un peu de bons sentiments et tout le monde se réconcilie. Fallait-il vraiment en faire tout un plat?

Mots-clefs : , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite,  je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite, je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

      C’était Samedi. Après une petite station devant l’admirable vitrine de Brice Sarda, je reprenais ma «course» quotidienne et remontais vivement vers la place du Forum. U[Lire la suite]
Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio