Contre-Regards

par Michel SANTO

Les moulins de la République.

Après la sécurité de l’Elysée déjouée par un déséquilibré, c’est au tour du commissariat de Nanterre (Hauts-de-Seine) de voir sa protection remise en question… Hier, au petit matin, un homme, le visage dissimulé sous une cagoule, est parvenu à s’introduire dans l’enceinte policière de Nanterre et a mis  le feu au véhicule ciblé, qui avait servi à transporter de la résine de cannabis, avant de quitter les lieux sans être inquiété. Nous sommes pourtant en plan Vigipirate renforcé ! Il est donc à présent établi que l’on peut s’attaquer à tous les « sanctuaires de la République », ses bâtiments et ses représentants, sans grandes difficultés. Dans l’échelle des valeurs symboliques, de la mise à sac d’une école maternelle par des « gamins des quartiers nord de Marseille » à l’effraction des portes de l’Elysée par un « déséquilibré », en passant par le tabassage d’agents des forces de police par des « jeunes », cet été aura été particulièrement significatif de l’état réel de notre société. Plus aucune « barrière psychologique et morale », ne parlons même pas des « juridiques », n’interdit désormais le passage à l’acte dans l’atteinte à tout ce qui peut incarner l’autorité de l’Etat. Une dissolution des esprits sur un fond d’explications sociologisantes « déresponsabolisantes  ou « diabolisantes » qui nous amène tout droit dans la zone de tous les dangers politiques. Et qui ne peut plus se satisfaire d’une offre politique de l’opposition républicaine, sur cette question « sécuritaire »,  aussi nulle et gesticulatoire que celle exposée par l’ineffable Montebourg, entre autres, ce dimanche . Pour cela, il est évidemment nécessaire qu’elle fasse tomber ses préjugés idéologiques et ses obstacles psychologiques. En aura-t-elle la lucidité et le courage ? Ses seuls intérêts partisans ne peuvent plus lui servir d’alibis pour refuser le passage à l’acte. Dans ce domaine, plus précisément, il en va de celui de l’avenir de notre forme d’Etat républicain et de la « santé mentale » de ses citoyens. Attention à ne pas jouer sur les nerfs des français en 2012 ! Le diable est déjà là , tapi dans toutes les consciences…

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio