Contre-Regards

par Michel SANTO

Les objets ne sont pas neutres.

On ne prête pas suffisamment attention aux choses et appareils de toute espèce qui constituent notre environnement domestique et social.

Cette indifférence au monde inanimé est le produit d’une de nos caractéristiques anthropologique : l’habitude. Il suffit pourtant que l’un d’entre eux se rappelle à nous dans de malencontreuses circonstances pour qu’en jaillissent ses aspects les plus funestes.

Comme ce matin, où un monstre mécanique piloté par une jeune mère de famille fanatiquement pressée a failli me briser les chevilles. J’espérais, de cette conductrice d’une machine issue du croisement d’un kart et d’une tondeuse à gazon, un petit geste de compassion. Je n’eus droit qu’à un sourire pincé et méprisant. De ceux qu’elle doit réserver à qui fait obstacle à sa seule liberté et, par extension, à celle de son enfant. Sinistre bambin,au demeurant, affublé de lunettes au design  de tankiste et qui, à l’unisson de sa génitrice, n’aspirait visiblement qu’a achever son travail de démolition.

Depuis, j’avoue regarder autrement ces « poussettes » modernes, qui me semblent idéalement symboliser tous les travers de  notre société. Notamment celui de « l’enfant-roi ».Cet enfant à qui tout est permis.Ce petit individu autonome,  tourné face au monde et non plus face à la génération précédente comme dans les berceaux sur ressorts d’antan.

Plus rien ne doit s’interposer, en effet, entre nos « petits anges » (tu parles !) et l’univers. Il leur revient désormais de construire eux-mêmes leur vie et leurs savoirs.Les adultes, et papa et maman (oh! les vilaines appelations!) n’ont plus rien à transmettre sinon des ressources. Quant au reste des vivants ils représentent une contrainte insupportable au « désir d’avenir », pour utiliser une formule à la mode.

J’indiquais, dans un billet précédent, que les mots n’étaient pas neutres. Les objets, non plus ! Et notre « poussette » actuelle , hautement sophistiquée,en véhiculant, si j’ose dire, une certaine conception de l’enfance construit aussi l’imaginaire de nos petits chérubins.Un imaginaire à certains égards barbare.Est ce un progrès? Technique,probablement. Moral,j’en doute! 

 

 

 

 

 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne !Municipales2020 : "Je suis Narbonne", de monsieur Martinez, se coule dans "Je suis Marine", de monsieur Daraud.

Narbonne !Municipales2020 : "Je suis Narbonne", de monsieur Martinez, se coule dans "Je suis Marine"

  Alphonse Martinez est un de mes fidèles lecteurs. Il commente régulièrement mes billets, aussi. Il y a quelques mois, dans la perspective des prochaines élections municipales, il a crée un[Lire la suite]
Carnet : semaine 38 !

Carnet : semaine 38 !

Lecture : Marcel Gauchet, pour Books (Hors série) : « La démarche critique se voulait libératrice. Mais elle a engendré une défiance généralisée à l’égard des faits les mieux attestés, des connaissanc[Lire la suite]
Narbonne: Municipales2020 ! Ça valse à gauche et madame Garbay entre dans la danse ?!

Narbonne: Municipales2020 ! Ça valse à gauche et madame Garbay entre dans la danse ?!

      Dans mon billet du 9 septembre « Un rassemblement des forces de gauche, vraiment », j’écrivais ceci : «… Conséquemment, troisième remarque, cette plate-forme, dan[Lire la suite]
Lecture : Les Conquérants — André Malraux.

Lecture : Les Conquérants — André Malraux.

        Extraits de sa postface Ce livre n’appartient que bien superficiellement à l’Histoire. S’il a surnagé, ce n’est pas pour avoir peint tels épisodes de la révo[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales et Agglo2020 : L'accès à la ressource en eau et son usage, quelle stratégie ?

Narbonne ! Municipales et Agglo2020 : L'accès à la ressource en eau et son usage, quelle stratégie ?

  La préfecture de l’Aude a intensifié ses mesures de restrictions dans la lutte contre la sécheresse. (©Pixabay)  Discussion, hier, sur un trottoir, avec un candidat aux prochaines électio[Lire la suite]
Carnet : quatre notes  en passant…

Carnet : quatre notes en passant…

  Carnet : 2 Septembre. Le monde est une étrange et cruelle chose : le danger et la mort y sont partout. Nous l’habitons fort heureusement en aveugle, le parons quotidiennement d’illusions.[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio