Contre-Regards

par Michel SANTO

L’extension du domaine de la crédulité…

Contrairement à ceux qui prédisaient l’accès du plus grand nombre au savoir et la fin des croyances grâce aux facilités offertes par Internet, jamais comme dans notre société de l’information la crédulité de ses consommateurs ne s’est aussi bien portée. Pourquoi donc persiste-t-elle et pourquoi est elle encore plus dynamiques aujourd’hui ?

La première hypothèse avancée par le sociologue Gérard Bronner (voir Nota Bene), spécialiste de ces questions, est que face à une offre écrasante d’informations, il est plus confortable pour l’esprit d’éviter les troubles et tracas mentaux résultant de la recherche ou de la consommation de connaissances vérifiées. Et d’épargner le temps, l’argent, bref l’énergie qu’elles demandent. De sorte que, parmi toutes les tentations cognitives qui entravent notre logique ordinaire, le biais de la confirmation est sans conteste le plus décisif dans la perpétuation de croyances, les plus inoffensives comme les plus nuisibles.

Une étude menée en 2006 montre que 94% des 2 300 personnes interrogées (lecteurs de blogs politiques) ne consultent que ceux correspondant à leurs propres  convictions. À ce biais de confirmation s’ajoute aussi, prècise Gérard Bronner, le fait que les moteurs de recherche offrent des réponses à leurs utilisateurs qui ne soucient guère de leur vérité. Des tests faits sur l’astrologie et le monstre du Loch Ness, par exemple, montrent qu’une moyenne de plus de 80% des sites Web basés sur des convictions sont dans les 30 premiers – en rapport avec ces sujets –  sélectionnés par Google.

Internet aggrave en effet les pentes de certaines inclinations mentales et orchestre la présentation de l’information d’une manière qui ne favorise pas toujours la connaissance*. Et ce dans un contexte où les médias grand public sont désormais prisonniers d’une concurrence effrénée sur le marché de l’information ; concurrence aggravée par le succès et l’audience considérable des chaînes en continu. Une compétition qui impose un rythme de diffusion de l’information ultra rapide, sans réelles vérifications, et en tous cas bien loin de véritables connaissances sur les sujets traités. Le résultat ? Des erreurs, fausses informations ou contre-vérités qui finissent par être acceptées. Ce qui est cru est vrai ! Un phénomène particulièrement constaté dans le domaine de la perception du risque sanitaire ou environnemental où  règne l’idéologie de la peur.  (il faut beaucoup plus de temps pour démonter une fausse alerte qu’il en a fallu aux médias pour la diffuser.)

Dans cette société où l’offre d’information est de plus en plus dépendante d’une demande  fondée sur des “croyances “, aucune autorité n’échappe à un sentiment de méfiance généralisé (envers les hommes politiques, les médias, les experts, les scientifiques …) Une méfiance d’autant plus redoutable qu’elle est consubstantielle à la démocratie ! Difficile dans ces conditions de fonder une communauté humaine à l’échelle d’une nation…

* “Le développement d’Internet ainsi que des réseaux sociaux, qui nous donne accès à une information pléthorique et dérégulée, ne nous a pas transformés. Il révèle simplement un secret de polichinelle que les idéologues ont toujours voulu caché. Ce secret, c’est notre médiocrité commune, notre avarice intellectuelle et cognitive, notre disposition à la crédulité.”  G. Bronner, dans l’entretien accordé à TheConversation (voir ci-dessous)

NB : Ce billet est le résumé librement inspiré d’un article de Gérard Bronner paru dans Aspenia International, n.80-81 (en lien, en cliquant sur (ici). Du même Gérard Bronner, lire aussi l’entretien accordé à TheConversation (ici)

Mots-clefs : , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (11)

  • Avatar

    cetace_jovial

    |

    ça évite surtout la censure et la télé de papa au temps de l’ORTF où l’on faisait gober n’importe quoi à la populace comme le nuage de Tchernobyl qui s’est arrêté à la frontière ….ce début d’année est très nostalgique on dirait…

    Reply

    • Avatar

      Claude GILARD

      |

      Et bien, voila une fausse information: à l’époque du nuage de Tchernobyl (1986), l’ORTF n’existait plus depuis 10 ans (démantelée en 1974).

      Reply

  • Avatar

    coupeaux

    |

    anciennement – ORTF – maintenant on gave les gens avec ces chaînés d ‘information!!!!!!je dirais même lavage de cerveaux………

    Reply

  • Avatar

    coupeuax

    |

    oui – ORTF! plus calme !!mais on avait la presse! peut être mieux que ces chaines d’informations permanent qui lavent le cerveaux des gens !!!monsieur lisez la presse!!

    Reply

  • Avatar

    Pierre-Henri Thoreux

    |

    Le regretté JF Revel commençait son ouvrage “la Connaissance Inutile” par ce sombre constat: “La première de toutes les forces qui mènent le monde est le mensonge.” C’était avant l’explosion du web, mais c’est évidemment toujours vérifié, avec un phénomène d’amplification inquiétant.
    Nous sommes hélas désormais au delà du mensonge : il est vain de tenter de démêler le vrai du faux. Les repères s’effacent. Tout se vaut, tout est vrai et faux. La moindre idiotie, le plus débile fait divers devient polémique, enfle et se propage ad nauseam comme la vérole sur le bas clergé.
    Bien sûr, il faudrait constamment revenir à l’injonction de Kant : « Sapere aude ! » (Aie le courage de savoir ! / Ose savoir !). C’est indigne à notre époque de rester ignorant. Mais est-il temps encore d’arrêter ce maelström pernicieux qui liquéfie les cervelles ? Peut-on espérer encore que les esprits ne s’abandonnent pas définitivement aux plus insanes facilités, aux charlatans et aux croyances infondées ?
    Bonne année !

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Merci pour votre commentaire P-Henri ! Mais qu’il est difficile et fatiguant de lutter contre ces torrents quotidiens de bêtises, d’infos détournées… Combien de fois ai-je été tenté de tout laisser aller… De ne plus prendre le temps de les relever et de les commenter… Surtout sur les réseaux sociaux où le pire souvent noie le meilleur ! Mais le désir et le plaisir d’aligner des phrases dans la forme la plus correcte possible ont été jusqu’ici les plus forts… Bonne année à vous. Bien amicalement !

      Reply

      • Avatar

        Pierre-Henri Thoreux

        |

        Je voudrais faire au moins un voeu: que vous trouviez le courage de continuer cher Michel ! Le débat d’idées est indispensable. S’il advenait qu’un blog aussi éclairé que le vôtre soit amené à disparaître, ce serait comme une étoile qui s’éteint…

        Reply

  • Avatar

    cetace_jovial

    |

    Vous avez raison Coupeaux, il faut lire la presse, le Monde Diplomatique nous éclaire en profondeur avec un angle d’attaque inattendu c’est ici : https://blog.mondediplo.net/les-forcenes
    Bonne lecture !

    Reply

    • Avatar

      Bernard Verdoux

      |

      Excellent article merci !

      Reply

  • Avatar

    GENESTE

    |

    L’éducation .. l’esprit critique ( qui pourtant devrait être le résultat de l’éducation) .. .c’est ce qui manque le plus..l’école continue de faillir !!
    Moins on a de connaissances plus on a de convictions ..
    plus on a de connaissances plus on a de doutes !!
    A méditer !!

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :