Contre-Regards

par Michel SANTO

Manuel Valls, l’inconstance ou la vertu ?


 

Le piège de la primaire du PS n’est-il pas en train de se refermer sur Manuel Valls ? Dès lors que François Hollande renonçait à la présidentielle, il lui était quasiment impossible de ne pas candidater. Mais, ce faisant, il s’obligeait à « gauchir » sa ligne politique pour se placer au centre de gravité du PS et de l’électorat socialiste traditionnel.

Un créneau sur lequel il se trouve en concurrence avec Vincent Peillon, assumant clairement son positionnement « social-démocrate » ; et qui, le moment venu, recevra sans doute le soutien de Martine Aubry . C’est ce à quoi nous assistons en ce début de campagne, qui donne la désagréable impression d’un reniement de sa pratique de chef du gouvernement de François Hollande. La plus emblématique de ses positions récentes : la suppression du 49.3 en est la plus éclairante et stupéfiante illustration. Bref, son identité politique construite en s’opposant au libéralisme de mœurs – multiculturalisme etc… –  et aux conservatismes économiques et sociaux, comme son image d’un homme politique au parler-vrai, sont en train de virer du côté d’une communication de circonstance qui risque de le faire apparaître, à l’inverse, inconstant et tout aussi inconsistant. Le malaise est d’autant plus sérieux que les effets de cette contradiction se font sentir bien au-delà du champ restreint des votants-miltants de cette primaire. On  peut, certes, argumenter que ce positionnement  est purement tactique et que, la victoire acquise, Manuel Valls reviendra à ses « fondenmentaux politiques ».  Il n’empêche que, même dans cette hypothèse, il ne peut  que consolider l’image brisée d’un candidat moins soucieux du fond que des circonstances et des attentes du moment. En attendant, ses adversaires de « gauche » et de « droite », des primaires ou pas, tirent les bénéfices politiques de ses positionnements tactiques évolutifs. Je disais, dans un de mes billets précédents, que cette primaire était à hauts risques pour Manuel Valls. Les premières semaines de sa campagne me semblent confirmer ce point de vue.


 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! Et n’hésitez pas non plus à lire aussi les autres articles proposés ci-dessous !

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Les grandes manoeuvres sont engagées sur le flanc gauche de LREM…

Les grandes manoeuvres sont engagées sur le flanc gauche de LREM…

    Dans le Midi Libre de ce jour, Bernard Cazeneuve, l’ancien Premier ministre de François Hollande, dit notamment ceci  : « La gauche a elle aussi été rongée par l’égotisme. Elle s[Lire la suite]
Élections européennes ! Pour moi, dimanche, qu’y puis-je, ce sera donc un vote nécessairement utile…

Élections européennes ! Pour moi, dimanche, qu’y puis-je, ce sera donc un vote nécessairement utile…

        À quelques jour des élections européennes la situation est désormais claire : l'objectif visé par les partis nationaux est moins de présenter un programme crédibl[Lire la suite]
Narbonne ! Une si belle place aussi grossièrement fardée !

Narbonne ! Une si belle place aussi grossièrement fardée !

      C’était je ne sais plus quel jour de la semaine passée où un froid soleil magnifiait la place de la Voie Domitienne. Un couple dont la langue signalait une origine mani[Lire la suite]
Ce matin là, dans le cadre de ma fenêtre, très haut dans un ciel couleur d’acier…

Ce matin là, dans le cadre de ma fenêtre, très haut dans un ciel couleur d’acier…

      Ce matin là, dans le cadre de ma fenêtre, très haut dans un ciel couleur d’acier, des martinets  signaient de noires arabesques. Plus bas, des hirondelles virevoltaient j[Lire la suite]
Mais qui parle enfin d'Europe !

Mais qui parle enfin d'Europe !

      Finalement l'Europe n'est pas le sujet de cette campagne électorale. Partis et Médias rejouent vainement la présidentielle. Et la seule question posée est qui de Macron ou [Lire la suite]
Grand Narbonne : Des élus et des poules…

Grand Narbonne : Des élus et des poules…

Aux aurores, fou rire, en apprenant que le Grand Narbonne, devenu « territoire d’industrie », alors qu’il n’en possède pas, se lançait dans une opération pilote : "adoptez deux poules et réduisez vos[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :