Contre-Regards

par Michel SANTO

Manuel Valls ! Mais quel rassemblement et autour de quelle ligne politique ?

648x415_manuel-valls-evry-5-decembre-2016

Manuel Valls à Evry le 5 décembre 2016. Bertrand GUAY / AFP

 
 

Manuel Valls va-t-il adopter dans la primaire du Parti socialiste la posture et le langage qu’il tient depuis toujours affirmant  qu’existe au sein du PS deux gauches irréconciliables : celle incarnée par Hollande et lui-même, une gauche de gouvernement  qui accepte les contraintes du marché,  et celle représentée par Montebourg et Hamon, notamment, une gauche qui les refuse et cultive la mauvaise conscience d’exercer le pouvoir.

Ce serait alors l’occasion et le moyen de faire enfin  l’équivalent d’un Bad Godesberg¹ à la française en passant par-dessus son parti, avec l’appui des électeurs de gauche. Cette stratégie aurait au moins le mérite d’être en phase avec la politique conduite par son gouvernement  et son combat mené contre les frondeurs.  Elle serait en outre cohérente avec sa volonté de défendre le bilan de François Hollande, comme il s’y est engagé.  Mais depuis son discours d’hier et l’énoncé de son slogan de campagne « faire gagner tout ce qui nous rassemble », c’est une tout autre voie qui semble-t-il a été choisie : l’union des différentes composantes de la gauche. Le problème est que je ne vois pas comment réussir un rassemblement  qui effacerait par magie les lignes de rupture qu’il a lui-même  tracées et que ses adversaires n’entendent pas  gommer, sauf à se renier.  Ces primaires s’annoncent donc très  difficiles pour Manuel Valls, et tout va dépendre, au sein du PS, du choix fait par le « Marais » – Aubry, Taubira… se rangeront-elles ou pas derrière un candidat de synthèse : le nom de Vincent Peillin est avancé ! – et la longue liste de parlementaires soucieux avant tout de leur réélection. Avec pour seul ciment pour les convaincre l’anti … et Le Penisme, mis tous deux dans le même panier. De l’antisarkozisme sans Sarkozy ! Croire cependant que cela suffira pour gagner la primaire, peut-être, mais certainement pas la présidentielle. D’autant que sur son aile gauche Mélenchon capitalise sur une critique sans concession de son quinquennat trop libéral, et Macron, sur son aile droite, qui s’affirme en le jugeant trop conservateur. 

¹Au congrès de Bad Godesberg, pour la première fois, le SPD abandonne formellement les idées d’inspiration marxiste. Il reconnaît l’économie de marché et se dit lié au peuple entier, non aux seuls travailleurs.


 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! Et n’hésitez pas non plus à lire aussi les autres articles proposés ci-dessous !

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    phthoreux

    |

    Hélas, si Valls avait du faire l’aggiornamento du PS, il l’aurait fait depuis longtemps ou au moins, il aurait clairement annoncé son intention de le faire ! On est loin du Bad Godesberg du SPD ou du New Labour de Tony Blair et Gordon Brown.
    En France les Socialistes n’ont réussi qu’à se déchirer autour des vestiges du marxisme et restent toujours aussi ambigus quant à l’évolution de leur projet de société. Tantôt ils prêchent le retour aux racines collectivistes, tantôt ils lorgnent vers le libéralisme. Cette piteuse fin de quinquennat est à l’image de cette mortelle indécision. Peu d’espoir selon moi que cela change, et même Macron n’est guère plus convaincant. A force de jouer les Janus, ces gens ressemblent surtout à l’âne de Buridan…

    Reply

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

      Petite suite à mon billet d’hier sur le petit « mundillo » politique narbonnais. Peu d’observateurs l’ont relevé, mais, parmi les soutiens de madame Granier-Calvet, fig[Lire la suite]
Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

      J'avais  prédit que madame Flautre, la conseillère municipale EELV d'opposition, élue sur la liste "J'Aime Narbonne" conduite alors par Jacques Bascou, prendrait du large e[Lire la suite]
La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

      L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, d[Lire la suite]
Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le flanc gauche de l'échiquier politique français…

Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le

    En 2017, La République en marche a pris le pouvoir avec le seul appui du MoDem. Dans la foulée de la nomination d’Édouard Philippe à Matignon et des élections législatives, le centre[Lire la suite]
Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

    Dans un contexte de crise profonde au sein du parti Les Républicains (LR), crise que les élections européennes du 26 mai (8,48 %) ont mis clairement au jour (démission de Laurent Wauq[Lire la suite]
N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési) ?…

N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques

  Semaine éprouvante ! À lire la presse locale je n’aurais plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :