Contre-Regards

par Michel SANTO

Marc Kaprielan à la Poudrière !

blog-0363.jpg

 

 

Hier avait lieu le vernissage de l’exposition (1) des oeuvres de Marc Kaprielan à la Poudrière; il y avait foule à tourner autour de ses toiles. Deux ans déjà qu’il nous a quittés ; sans prévenir ! Marc était la bienveillance et l’humilité même. La salle de son  resto, la  ” Jument verte “,  lui ressemblait : onirique et paisible. Par sa grâce – lui pourtant si solitaire – convergeaient vers elle tous ceux qui aimaient à le voir entre tables et cuisine incarner une certaine idée de la vie et de la sociabilité. Marc avait en effet ce don de rassembler. L’angoisse au coeur et la mort aux trousses, le temps lui pressait de nous donner sa part de mélancolique joie. Ses tourments, ses peurs, les toiles rassemblées à La Poudrière par Graziella et son ami Cauchy, aidés par Jacques Bascou, en témoignent de façon saisissante. Cris, corps et visages déformés, toreros aux yeux masqués d’un violent coup de brosse noir… Images d’un spleen qui lui masquait l’horizon. Voyait-il plus loin que le soir ? Qui pourra jamais répondre ? Ce dont je suis sûr, par contre, c’est qu’il savait éclairer, par sa seule présence, le nôtre. Et hier soir, à la Poudrière, si sa souffrance était ainsi montrée, ce n’était pourtant que bonne humeur. Dans l’air flottait comme un parfum venu d’ailleurs. À l’évidence, il était parmi nous. Comme avant! 

(1) Du 20 juin au 7 juillet. Tous les jours, de 10h à 12h et de 13h à 18h.

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :