Contre-Regards

par Michel SANTO

Merveilleuse Occitanie présidée par Carole Delga dans un état de quasi lévitation !


Pour ne pas lui causer d’ennuis, je la nomme ici Mary Poppins. Je sais qu’elle ne m’en voudra pas. Elle préside, réellement, un petit club sportif dans un discret patelin audois. Ses membres n’encombrent guère des vestiaires, qui d’ailleurs n’existent pas. Inutiles ! On chausse ses baskets à la maison. On  va bien à la messe avec, non ? Et puis un jour se pointe le facteur avec dans sa main tendue comme une fourche, une missive de madame Delga. Un évènement épistolaire historique pour le préposé de la Poste ; et Mary Poppins qui, éberluée, se voit  reprocher par l’occitanienne présidente de ne pas avoir, auprès d’elle, selon la formule consacrée, “sollicité l’octroi d’une subvention”. Un peu comme si mon percepteur m’engueulait pour ne pas lui avoir gentiment demandé le remboursement de ses prélèvements… En Occitanie, on ne demande pas de subventions, c’est Carole qui vous demande d’en demander… Elle est pas belle la vie ! Ce qui fut aussitôt fait… et Marie d’encaisser 400€, pour acheter des chaussettes et des baballes. Avec une nouvelle et gentille lettre d’accompagnement et de félicitations en prime. Suivie, deux jours plus tard, de celle d’un vice-président, tout aussi onctueuse ; puis de la même main sans doute une autre signée du président d’une commission (pas des sports) ; celle d’un conseiller régional de la majorité, ensuite… Le facteur affolé trouvant cette rafale louche a fait un signalement à sa hiérarchie. Marie, elle, en attend d’autres.

Ah! ce matin aussi, lisant le “Canard” de mon ami Stéphane, j’apprends que Carole, était “transportée” par Hyperloop Transportation Technologie qui veut, paraît-il, développer son concept de « capsules » lévitant à la vitesse du son dans un tube grâce à « l’effet Maglev». Elle ne veut toutefois pas en dévoiler le coût, au motif “qu’un rêve, ça n’a pas de prix ; ça ne se calcule pas” ! Merveilleuse Occitanie présidée par une Carole Delga dans un état de quasi lévitation !

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Anna

    |

    L’hyperloop en question me rappelle fortement l’aérotrain de l’ingénieur Bertin dont on voit encore la piste d’essai du côté d’Orléans quand on prend le train qui serpente agréablement de Paris à Toulouse à travers le Massif Central. Encore une grande invention tombée au champ d’honneur !

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :