Contre-Regards

par Michel SANTO

Musées de la Romanité en Occitanie ! Nîmes prêt à décoller quand Narbonne est encore en chantier…

Madame Carole Delga, la présidente de la Région Occitanie-Pyrénées-Méditerranée, vient d’effectuer, à Narbonne, une visite du chantier (qui a pris du retard) du futur musée régional de la Narbonnaise antique[1].

©Région Occitanie-Pyrénées-Méditerranée

À cette occasion, j’espérais des « annonces » sur le contenu de ce projet et la résolution de programmes concernant son environnement immédiat (l’aménagement de la voie sur berge de la Robine, celui, avec son financement, du parvis ; la réalisation d’un parking ; le recalibrage des voies de circulation pour y accéder ; l’intégration du Clos de La Lombarde et de l’Horreum etc.) [2], mais rien de bien précis n’est finalement sorti de ce déplacement présidentiel, sinon le changement de nom de ce futur musée. Exit donc le MuReNa, gloria Narbo Via ! L’argument avancé par Carole Delga étant que cette nouvelle appellation « Narbo Via » devrait permettre une bien meilleure promotion du dit musée à l’international ; ce qui, je le confesse, m’a laissé, si je puis dire, sans voix.

D’autant que sur la scène régionale, son concurrent de Nîmes est déjà lancé à toute vitesse dans une course à la notoriété mondiale, que la ville et son patrimoine antique possède déjà, et ce depuis fort longtemps. Pour s’en convaincre et se faire une petite idée de l’avance prise par Nîmes et son futur musée, Il suffit d’aller sur le site internet du grand journal espagnol El Pais. En partenariat avec les guides Lonely Planet, ce journal place en effet le musée de la romanité de Nîmes [3], dont l’ouverture est prévu le 2 juin 2018, dans la liste des 10 musées à découvrir dans le monde, à la 8e place, aux côtés d’autres musées de renommée internationales : celui sur Beethoven à Vienne, l’antenne du Louvre d’Abu Dhabi ou encore du nouveau grand musée sur l’Égypte au Caire.

Musée de la romanité de Nîmes ©Serge Urvoy

Je ne voudrais pas passer pour l’empêcheur de rêver en rond, mais force est de constater que tant par sa taille,  la qualité de son design, sa situation à proximité des Arènes et du Temple romain (Maison Carrée), son ouverture prochaine au public… et l’unicité institutionnelle et politique de sa réalisation et de sa gestion [4], il va être difficile (très !), pour Narbo Via, de rivaliser avec cet ensemble patrimonial et muséal nîmois ; lui même inclus dans le triangle antique exceptionnel qu’il constitue avec Arles et le Pont du Gard.


[1] Financé à hauteur de 50 M€ par la Région, dont 6 de l’Europe, ce musée, propriété de la Région Occitanie, situé à la périphérie du centre ville, dans une zone bornée par un nouveau quartier, une zone commerciale, un parc des expositions, le canal de la Robine, et pensé par l’architecte Norman Foster, disposera d’une surface totale de 8 000 m² dont 2 700 m² consacrés à l’exposition permanente et 500 m² dédiés à l’exposition temporaire et aux espaces ouverts au public. Son ouverture est prévue, au mieux, l’été 2020…

[2] Et, chose tout de même incroyable, rien sur la récente découverte dans le prolongement de ce chantier d’un ensemble exceptionnel de tombes romaines

[3] C’est le 1 août, que Jean Paul Fournier, le maire de la Ville de Nîmes, maître d’ouvrage du futur musée de la Romanité, a officialisé la « réception de ce bâtiment ». Ce qui en langage courant veut tout simplement dire que le gros des travaux étaient à cette date terminé. Ne reste donc plus qu’à réaliser les aménagements intérieurs dans un ensemble de 9.200 mètres carrés au total, jardin extérieur compris. 5.000 pièces prendront place dans les différentes salles, sur une surface de 3.500 mètres carrés. L’ouverture de musée, qui se situe en plein coeur de la cité, face aux arènes antiques, est, elle, prévue le 2 juin de cette année. Au total cette réalisation signée de l’architecte Elizabeth de Portzamparc s’élève à 59,5 millions d’euros, dont 10 M€ abondés par la Région. Pour aller plus loin, dans ses aspects architecturaux et urbains, je recommande la belle chronique : Musée de la Romanité à Nîmes, patrimoine de l’humanité ? de Christophe Leray

[4] La Ville a assuré la maîtrise d’ouvrage de cet ouvrage, contrairement au Musée régional de Narbonne, et donc sa parfaite intégration dans son environnement urbain. D’autre part, sa gestion est confiée à une société publique locale dont la majorité du capital est détenu par la Ville de Nîmes. Et ce contrairement au musée régional de Narbonne qui, lui, se trouve confronté à des tensions politiques entre la Ville centre et la Communauté d’Agglomération, avec des effets secondaires négatifs de toute nature (La Région n’est évidemment pas en situation d’influer sur l’urbanisation de cette zone et, si la ville met à disposition ses collections lapidaires, elle n’entend pas, pour le moment en tout cas, participer à la gestion de Narbo Via, notamment)

Mots-clefs : , , , , , , , , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Avatar

    Jean Pierre

    |

    A 50 000 000 € l’unité et pour compléter la panoplie du rayonnement mondial
    il faudrait aussi bâtir un musée a Montpellier et l’appeler Montpel’Via…
    (Merci de faire suivre à Carole Delga que je trouve un peu à court d’idée…)

    Reply

  • Avatar

    Jahan

    |

    Oui…Narbo Via, tout ça pour ça. Goût très amer. Narbonne loupe l’opportunite Phénoménale d’avoir un pôle culturel d’exception : nécropole, musée, aspirateur d’art contemporain et théâtre, canal, tout cela « en ligne « ! Et le renvoi en centre villes vers deux sites d’ewception Pour la romanité l’horreum Et le Clos de la Lombarde…c’est à n’y rien comprendre, un suicide culturel à tous les niveaux décisionnaires. Grosse fatigue des bénévoles du Clos qui a coup d’huile d coude tous les samedis entretiennent les vestiges du quartier résidentiel de Narbo Martivs.
    Le clip de la visite virtuelle du musée diffusé par la région montre le « mur lapidaire »….il est aisè de penser au mur des lamentations. Je conseille vivement d’aller une dernière fois se recueillir à Lamourguier auprès des pierres sculptées qui émettent des messages artistiques, sans l’aide de tablette….transportées au mur du musée je crains qu’elles ne taisent pour toujours.Anik

    Reply

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Articles récents

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

Municipales : Mais quel jeu jouent donc les "radicaux de gauche" sur Narbonne ?!

      Petite suite à mon billet d’hier sur le petit « mundillo » politique narbonnais. Peu d’observateurs l’ont relevé, mais, parmi les soutiens de madame Granier-Calvet, fig[Lire la suite]
Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

Dans le petit "mundillo" politique narbonnais, les cartels s'organisent…

      J'avais  prédit que madame Flautre, la conseillère municipale EELV d'opposition, élue sur la liste "J'Aime Narbonne" conduite alors par Jacques Bascou, prendrait du large e[Lire la suite]
La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

La défiance sociétale et démocratique des "jeunes" s'aggrave…

      L’édition 2018 de l’enquête sur les valeurs (la cinquième édition depuis 1981 permet d’analyser les orientations fondamentales des Français. Olivier Galland — sociologue, d[Lire la suite]
Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le flanc gauche de l'échiquier politique français…

Pour les 100 ans de l'OIT, Emmanuel Macron lance aussi son offensive politique et idéologique sur le

    En 2017, La République en marche a pris le pouvoir avec le seul appui du MoDem. Dans la foulée de la nomination d’Édouard Philippe à Matignon et des élections législatives, le centre[Lire la suite]
Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

Dans l'ex Languedoc-Roussillon aussi des élus de la droite et du centre soutiennent Emmanuel Macron…

    Dans un contexte de crise profonde au sein du parti Les Républicains (LR), crise que les élections européennes du 26 mai (8,48 %) ont mis clairement au jour (démission de Laurent Wauq[Lire la suite]
N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets nucléaires (de Malvési) ?…

N’aurais-je plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques

  Semaine éprouvante ! À lire la presse locale je n’aurais plus le choix qu’entre mourir sous les eaux de la Méditerranée, le « feu » de fanatiques islamistes ou celui, ionisant, des déchets[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :