Contre-Regards

par Michel SANTO

Narbonne ! La guéguerre des panneaux et des vanités politiques…

guerre des panneaux-narbonne

 
 

Hier, en début de soirée, c’était la traditionnelle cérémonie des vœux à l’Hôtel de Ville et au siège du Grand Narbonne. Une concordance de temps, mais pas de ton. Didier Mouly a en effet souhaité « qu’en 2017, les différends créés par l’Agglo avec la Ville cessent », quand Jacques Bascou lui reprochait, pratiquement à la même heure « d’entretenir une opposition stérile entre la commune et l’Agglomération. »

Ce n’est pas moi, c’est lui ; et réciproquement ! Et dans l’après-midi, comme pour confirmer ces vœux pieux, les services du premier magistrat dressaient un gigantesque panneau d’information municipal planté sur une énorme bit(t)e en béton au seuil des Barques de Cité, tandis que ceux du Président du Grand Narbonne mettaient la dernière touche, à même le sol, à celui de l’Agglo, aux marches des Barques de Bourg, d’un format à peu près égal. Résultat, ce matin, nous avons de part et d’autre du canal de la Robine, sur le même axe, ces deux monstruosités esthétiques censées nous informer des actions, et de leur coût, de nos deux chères collectivités. Une injure au cœur patrimonial de la cité ; une guéguerre de panneaux d’une ridicule vanité. Je soupçonne cependant Didier Mouly d’avoir anticipé la situation en affichant cette action  – l’amélioration de la qualité des eaux de la Robine – engagée en effet depuis déjà quelques mois. Le plus drôle, si je puis dire, est que m’informant de ces eaux-là de surface, justement, j’ai pu constater, stagnant  entre ces deux panneaux, à l’entrée fluviale du Pont des Marchands, côté Barques, une flottille de bouteilles, bidons et sacs en plastique du plus mauvais effet… Pour une amélioration à 295 000€, on doit pouvoir mieux faire, non ? Madame Nathalie Umbach, qui dirige les services de la Ville, formait des voeux au personnel, elle aussi, hier. Elle a eu ces mots, dont je n’ai pas très bien compris le sens allégorique et à qui elle les adressait – j’ai néanmoins ma petite idée, mais l’exposant je ne voudrais pas la mettre en difficultés – : « Dans la nature, personne ne donne d’ordres à personne. Dans la ruche, les abeilles prennent toutes seules la place qui est la bonne. Et chez les fourmis, il n’y a pas d’embouteillages ». Certes, mais c’est aussi, dans la nature, le règne de la prédation et la loi du plus fort. Aussi, pour en revenir à la politique locale, notamment, j’aimerais que nos représentants, plutôt que de se livrer, que l’on me passe l’expression, à un « marquage canin de leur territoire», fassent preuve d’un esprit un peu plus coopératif, empreint d’intelligence et de civilité. De raffinement et de culture, ce qui nous éviterait de devoir souffrir de comportements, et de leurs effets, induits par la partie archaïque, naturelle, de leurs cerveaux…


Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! Et n’hésitez pas non plus à lire aussi les autres articles proposés ci-dessous !

 

Mots-clefs : , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Avatar

    Alphonse

    |

    A propose de Nathalie Umbach et de sa petite phrase concernant les abeilles qui prennent la bonne place ;Mme Umbach fait-elle allusion à son époux et son fils qui ont intégré les effectifs de la Mairie ? La fourmi a réglé les problèmes de circulation ,c’est normal, cet insecte est intelligent ,alors pas de comparaison.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      La ruche est aussi une grande famille Alphonse !

      Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Le 19 août 2019, Narbonne commémorait et fêtait le 75e anniversaire de sa libération…

Le 19 août 2019, Narbonne commémorait et fêtait le 75e anniversaire de sa libération…

    Avant-hier, en début de soirée, place de l’Hôtel de Ville,  sous un ciel bas, nuageux et sombre qu’agitait un vent du Nord agressif et frisquet, une foule cosmopolite et vac[Lire la suite]
Où est l’Occitanie ? Jean Cau.

Où est l’Occitanie ? Jean Cau.

  Cette page (84 et 85) de Jean Cau dans "La Grande prostituée (Traité de morale II)" publié à la Table Ronde en 1974. Jean Cau qui, dans cet ouvrage, annonce les "Exorcismes spirituels" de [Lire la suite]
Municipales2020 : L'Assomption des communistes narbonnais…

Municipales2020 : L'Assomption des communistes narbonnais…

        Les communistes narbonnais ont le sens des symboles. Et c'est en plein wek end de l'Assomption qu'ils viennent de délivrer publiquement leur évangile politique en vue [Lire la suite]
Pages d'auteurs : Flaubert sur la Beauté, l'Art…

Pages d'auteurs : Flaubert sur la Beauté, l'Art…

      Lettres à Louise Colet : Extraits sur la Beauté, l'Art "Si le sentiment de l’insuffisance humaine, du néant de la vie venait à périr (ce qui serait la conséquence de leu[Lire la suite]
Réchauffement climatique : l'énorme ampleur de l’écart entre les opinions publiques et les présentations les plus simples des sciences du climat…

Réchauffement climatique : l'énorme ampleur de l’écart entre les opinions publiques et les présentat

    Très intéressant article de Sylvestre Huet : "Climato scepticisme et médias : la duperie".  Dans une première partie, il y est montre, en s'appuyant sur les travaux de trois jeunes ch[Lire la suite]
Une page de Simon Leys sur la tyrannie du mauvais goût, de l'ignorance et de la stupidité...dans "Le bonheur des petits poissons".

Une page de Simon Leys sur la tyrannie du mauvais goût, de l'ignorance et de la stupidité...dans "Le

      À ce moment, je fus frappé d'une évidence qui ne m'a plus jamais quitté depuis : les vrais philistins ne sont pas des gens incapables de reconnaître la bea[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :