Contre-Regards

par Michel SANTO

Narbonne ! La rénovation – et la piétonnisation – du centre ville n’est pas une option politicienne !

Narbonne ! La rénovation - et la piétonnisation - du centre ville n'est pas une option politicienne !

Je suis un promeneur du centre ville. Solitaire souvent, rêveur parfois. Mais toujours attentif à ses mouvements. Le coeur d’une cité bat au rythme de son temps. Quand il ne le fait pas, le souffle me manque et m’y sent  mal. Jadis, je regrettais de ne trouver personne sur des Barques vieillies. J’y trouve du plaisir aujourd’hui en nombreuses et diverses compagnies. Celle d’un vieux monsieur qui tous les matins y déploie son journal, de jeunes mamans qui les « montent » et les descendent, comme la mienne le faisait en son temps, des collégiens qui flirtent sur ses bancs … De ces Barques rénovées, j’ai déjà dit , ici et dans la presse, qu’elles étaient le signe, je l’espère assuré, d’une renaissance d’un centre ville trop longtemps négligé. De petits intérêts aussi stupides qu’intéressés s’y opposaient dont j’entends encore les échos à quelque jours seulement du premier tour des élections municipales. Ce matin, dans l’Indépendant, ne lit-on pas qu’il faudrait « dépiétonniser » une place du Forum enfin débarrassée depuis quelques jours à peine du stationnement anarchique de véhicules de toute sorte. Devant cette beauté qui ne demandait qu’à s’exprimer, comme pour la rénovation des Barques, les mêmes arguments nous sont débités. Je sais déjà que cette petite et vulgaire mise en scène sera politiquement utilisée; et certains qui furent d’acharnés opposants à de nouvelles Barques, s’ils n’osent trop fort devant son succès s’exprimer font entendre mezza voce leur petite musique toute d’hostilité…Narbonne doit vivre avec son temps, au risque de s'appauvrir, je ne le répèterai jamais assez ! et son vieux coeur de ville a besoin d’être rénové, embelli et redynamisé… Le chantier a été ouvert, il faut l'admettre et sans barguigner le poursuivre. Ce n’est pas une option politicienne, c’est une nécessité !

 

Place du Forum .

Place du Forum .

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Quelques notes prises  au fil des jours…

Quelques notes prises au fil des jours…

    Ai noté ceci : Le 4 février : Toujours du grand Jules Renard, dans son journal : «Il y a des gens qui, toute leur vie, se contentent de dire : « Évidemment ! Parfaitement ! C'est ho[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

    Finalement, quand on y réfléchit bien, la politique se résume à une seule passion : le goût du pouvoir ; et l’assouvir suppose que, par celui (ou celle) qui l’éprouve, soient clairem[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio