Contre-Regards

par Michel SANTO

Narbonne! municipales 2014 : scènes de campagne …

Narbonne! municipales 2014 : scènes de campagne ...

C’est  sur la partie de trottoir située entre les écoles de Bourg et Montmorency que je l’ai rencontré. Je ne pouvais pas le manquer ! Sa longue écharpe blanche , lui qui n’en porte jamais, sa courte et ronde silhouette , toujours  en aller-retour des Halles à l’Hôtel de Ville , et son allure, lente mais obstinée ne pouvaient m’échapper. Je me dirigeais vers le marché Saint Paul, il en revenait ; j’y allais pour y acheter des légumes , il en repartait après sa distribution de cartes postales et d’auto-collants électoraux. Il en avait plein les mains et les poches de sa veste et de son pantalon quand il m’a proposé d’en choisir une, encore une fois. Je lui ai suggéré de prendre un caddie lors de sa prochaine sortie militante ; comme le font ces petits groupes d’évangélistes de plus en plus nombreux qui se postent sur les axes piétonniers et aux abords des marchés. Ils vendent de l’espoir eux aussi ! Sur leurs présentoirs, des bibles et des revues, point de trombinoscopes . Du lourd, du spirituel ! Dans l’indifférence générale, ils papotent en cercle, raides  comme des as de pique … Je disais donc que c’est tous les jours ou presque que je rencontre mon voisin . Mais l’occasion ne m’avait pas encore était donnée de le complimenter sur son ample foulard blanc à la mode tibétaine – un signe de bienvenu chez les bouddhistes des hauts plateaux – il disparaitrait presque sous son immaculé voile… Je lui ai néanmoins  fait observer que le Dalaï Lama était rentré dans son ashram depuis belle lurette et que cette couleur de lys convenait mal au parti de la rose. Que c’était en quelque sorte un bel oxymore symbolique  et un loli coup de « marketing » électoral . Pas si innocent que cela ce blanc là , en effet , si j’en crois la « science » publicitaire appliquée dans nos supermarchés.  Paix, virginité, pureté … mariage… seraient ainsi vendus à des électeurs saturés de promesses électorales. Du Zen pour une société en crise ! Signe aussi d’une époque  où règnent images et émotions et où tout se mélange : le commercial et le politique , le marketing et le symbolique , le  masculin et le féminin, le rose et le blanc , le rouge et le bleu … 

Demain dimanche, à partir de 10 heures, défilé du Carnaval, dans les rues de la ville. Y verra-t-on, sous les masques, des avocats travestis en escrocs  et des présidents d’exécutifs régionaux ou locaux en contribuables au chômage,  et réciproquement. Comme en ces temps lointains où les rôles sociaux et les valeurs communes étaient totalement inversées – renversées sous les tables  ? J’en doute . Il m’arrive, parfois, de le regretter … et me contenterais de vieux messieurs aux jambes variqueuses déguisés en majorettes. Du classique !

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • ORRIT

    |

    le mot "dealer" est un eu fort !

    Reply

  • ORRIT

    |

    peu

    Reply

  • Michel Santo

    Michel Santo

    |

    C’est vrai ! je l’ai changé …

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]
Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Jacques Bascou ! Décryptage après son passage sur Radio Barques...

Samedi, nous recevions jean-Claude Julès et moi, sur radio Grand Sud FM, à Radio Barques, Jacques Bascou, le président du Grand-Narbonne. L’occasion de lui demander, entre autres, qu’elles étaient se[Lire la suite]