imgres-2L’atrocité des naufrages de migrants a fait réagir les médias, notamment sur le rôle des pays membres de l’Union européenne pour secourir les clandestins en mer. Mais qu’en est-il des passeurs responsables de ces atrocités ? Et surtout comment éviter ces drames atroces sinon en intervenant directement sur les lieux où s’organisent ces trafics? C’est à dire dans les ports libyens d’où partent ces cargaisons d’hommes, de femmes et d’enfants, dont beaucoup périssent en mer. Ce qui suppose que les États de l’Union Européenne y envoient leurs forces armées sous le contrôle et avec un mandat clair de l’ONU.

Ne pas agir à la racine, c’est se condamner, en effet, à accepter l’idée que l’Union Européenne doit accepter de recevoir sur le continent toutes les populations désireuses de le rejoindre, en accompagnant et sécurisant tous les bateaux chargés de migrants affrétés par les réseaux mafieux. Et cautionner de fait ce que le géographe Gérard-François Dumont a clairement nommé, lundi sur Arte, comme étant “l’équivalent de l’esclavage lors des siècles précédents”.