Contre-Regards

par Michel SANTO

Comme si la chloroquine du professeur Raoult soignait la bêtise…

       

 

Trois notes :

Ciel bleu, pas de vent ce matin. Une ville calme, quasi silencieuse. L’heure est aux oiseaux : tous en chasse, ça crie, chante : un festin . Rien d’autre ne compte dans l’instant, sinon cette dernière gorgée de café, le regard perdu au dessus des toits. “Je n’ai jamais désiré plaire à la foule : car ce qui lui plaît, je l’ignore ; et ce que je sais lui est est incompréhensible.” Épicure (Dans “Lexique” de Jean Grenier, édité chez Fata Morgana p. 48)

Tous le soirs, à 20 heures, il tapait sur une casserole pour exprimer son soutien aux « personnels soignants »…

     

Tous le soirs, à 20 heures, il tapait sur une “casserole” pour exprimer son soutien aux « personnels soignants » dont il admire encore le courage, la générosité et l’héroïsme. Nous n’entendions que lui dans le quartier. Il tenait à nous montrer de façon grandiloquente et si peu musicale, sa noblesse de coeur, son esprit de solidarité ; nous faire entendre aussi que, dans ces circonstances, nous pouvions aussi compter sur son dévouement à la cause commune, sa vaillance, son sens du sacrifice. Ce serait un “résistant”, personne ne devait en douter ! Ce qu’il vient de nous prouver ce matin dans la presse en vantant la vertu des maires d’un département, pourtant classé vert, qui, n’ayant pas ouvert leurs écoles, auraient répondu, notamment,  à l’angoisse des enseignants concernés. Comme à la sienne, d’ailleurs : il en dirige un syndicat. P.S : je tiens à préciser que l’abus de café est certainement à l’origine de cette humeur matinale et que toute ressemblance, de près ou de loin, avec des personnes ou des faits existants (ou ayant existé), ne serait évidemment que pure coïncidence.

Notes ! Partout la peur, la démesure, la bêtise et l’orgueil […]

       

Mai 1981. “Changer la vie” était le titre d’un programme politique. Ce titre, je l’ai toujours trouvé stupide ; d’une grande et profonde bêtise : on ne change pas la vie comme on change d’appartement, ou d’orientation politique. Elle est, elle vient, vous change et s’en va ! indifférente aux faux publicitaires d’un quelconque pouvoir.

Quelques notes en passant, publiées sur Facebook…

       

Victime !

« — D’où parles-tu ?

 — Ben, de mon bureau.

 — Je m’en fous ! Ton âge, ton sexe, ta couleur de peau, ton boulot, tes goûts : sexuels, alimentaires, musicaux, littéraires…

 — C’est un peu intrusif, non ? 73 ans à Pâques, blanc, hétero, et, de ce qu’en sais, de sexe masculin…

 — Et tu te permets d’exprimer un point de vue sur les femmes, les noirs, les jaunes, les jeunes, les LGTBQRTSXV… ?

 — Ben, oui !

 — Salaud ! Salaud, de t’approprier ainsi leur statut de victime. Sans remords, culpabilité, ni honte. Que sais-tu de leurs souffrances ?

 — Ah ! Mais, mes parents et…

 — Tais-toi ! dominant patriarcal et salaud, tu es ; dominant, patriarcal tu resteras. Mais les dominés bientôt auront ta peau (chanté)…

 — Oh ! Pourrais-je alors lire Proust, Césaire et Cendrars, ?

 — Change de moeurs, de couleur et coupe toi un bras, d’abord…

 — Oh ! Non !

 — Adieu !

 — Adieu ?! »

Victimes toujours ! On dirait que les souffrances et le sang des victimes alimentent les organes de presse ; qu’ils imbibent l’encre des nouvelles publiées dans les journaux.

« […] les livres ont amplifié les mythes ; – mais quelques mythes suffisaient. Ainsi le mythe du Narcisse […]. Vous savez l’histoire. Pourtant nous la dirons encore. Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » Gide : Le Traité du Narcisse. »

Comme on ne se baigne jamais deux fois dans un même fleuve, on ne lit jamais deux fois le même poème. Expérience faite encore, avec celui de Pierre Reverdy peint sur un des murs du Conservatoire de Musique – Conservatoire situé à quelques mètres seulement de mon appartement. Pierre Reverdy, que l’on a peine à lire, dit-on souvent, m’est ainsi apparu hier, contrairement à mes lectures précédentes, d’une belle et rugueuse simplicité. Au point d’y relever une petite « faute » – la trouverez-vous ? – du peintre l’ayant copié ; faute qui, depuis des années, ne m’avait pourtant pas sauté aux yeux.

Écrire. Écrire seulement quatre lignes et être un moment, un moment seulement, ailleurs…

Humour ! Le slogan le plus drôle de la Narbonnaise dans cette campagne des municipales : « Ensemble Gruissan, Terre et Mer d’Avenir » ! Merd’avenir ! Vraiment ? Crotte alors !