Contre-Regards

par Michel SANTO

Paris-Brignoles-Narbonne !

 

 

imgres-copie-24.jpeg

 

Attente insupportable des résultats du second tour de l’élection cantonale de Brignoles dans les rédactions du Monde, Libération et les chaînes de radio et télé communément qualifiées du service public. La République est en danger ! De cette petite ville de province, des hordes de chemises noires s’apprêteraient à monter sur la capitale si le candidat du FN gagnait cette élection. Les esprits des nouvellistes s’échauffent et s’inquiètent, leurs machines à café s’affolent et s’assèchent, leurs plumes s’agitent et menacent . Des larmes coulent… L’apoplexie menace, rode… et le temps est pourri sur Paris ! Pendant ce temps, le mien , les cloches sonnent sur les toits de Narbonne. Le soleil et le ciel sont à la fête. Les barques de Cité et de Bourg sont pleines de marchands impatients et de promeneurs insouciants – du moins en ont ils l’air . Les halles grouillent, comme d’habitude, et chez Belzon , comme d’habitude aussi, on commente le dernier match de rugby joué à domicile. Je me plais à observer cette tranquille agitation dominicale! Comme un pas de côté du côté de la vraie vie. Une respiration ! Loin des fausses agitations. L’esprit en balade, comme je le serai tout entier dans quelques minutes. Le temps de descendre mes escaliers. Mais quel soleil ce dimanche matin ! Et quelle joie à seulement le dire !  

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio