Contre-Regards

par Michel SANTO

Parler Français !

Je publie ici, avec son autorisation, l’article du jour de mon ami Yves Marchand (que l’on peut lire aussi sur sa page Facebook) :

 

“J’étais le rapporteur de mon groupe politique (UDF) à l’Assemblée Nationale en 1994 lorsque a été mise aux voix la Loi dite « Toubon » destinée à préserver le Français des attaques brutales ou larvées de l’anglomanie. Je me rappelle avoir émis des doutes sur l’efficacité de cette loi en évoquant le rapport entre la pratique de la langue et la puissance économique de la nation. Je me souviens en particulier avoir précisé que tant que Adidas serait inférieur à Nike, nous n’avions aucune chance de sauver le Français contre l’Anglais et que lorsqu’une marque chinoise supplanterait Nike, on finirait par parler chinois. Je n’avais alors soutenu rien que de très banal : le réalisme des faits, face au rêve de grandeur et à une certaine nostalgie de puissance très 5ème République. Au moment où Huawei est en passe de dépasser Apple, nous sommes confrontés à l’hypothèse d’un changement de paradigme.

Il est vrai que le Français était la langue la plus en vue aux 18ème et 19ème siècles, que l’on parlait français à la Cour de Russie et dans toutes les capitales européennes. Cela correspondait à une période de puissance de la France tant sur le plan démographique qu’économique. Ce rappel confirme ma thèse. Il n’est pas utile de rappeler que cette puissance appartient au passé et qu’elle ne reviendra pas.

Je ne sais pas si nous finirons par parler chinois. Il est plus vraisemblable que notre « Globish » finira par s’uniformiser en un esperanto pratique utilisable sur les 5 continents, dénué de toute racine, adapté seulement à la communication nécessaire à la vie des affaires, aux dialogues elliptiques exigés par les réseaux sociaux, à la mode des derniers produits du marché et renvoyant les interprètes à d’autres études. La langue vernaculaire sera mondiale. Le rêve du Docteur Zamenhof sera réalisé non pas pour créer un instrument de paix entre les nations mais un instrument de guerre commerciale.

Je pourrais souligner un autre aspect de la dégénérescence de la langue en évoquant la manie qui s’est emparée de tous ceux qui véhiculent la langue française d’adopter le langage le plus vulgaire et le plus folklorique en usage dans les banlieues sans doute pour prouver ainsi qu’ils sont « chébrans* ». Et aussi la pratique courante de l’écriture abrégée reflet de l’omniprésence d’internet face à laquelle l’écriture inclusive est une plaisanterie, et tant de sujets qui concernent l’éducation, la culture et la transmission.

Mais, je ne ferais que ressasser. Le seul point important dans ce naufrage de toutes les langues – et pas seulement de la nôtre – c’est l’uniformisation du monde sous la bannière de l’intérêt économique dominant qui a relégué le politique au rang de faire-valoir (cf. chronique du 2 Août 2019).

Nous ne sauverons pas davantage la langue française que la politique.

La politique est ramenée au rang des utilités. La langue, au service des poètes.”

   

*Remarquer l’accord du pluriel avec un néologisme verlan, pas évident pour tous.

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

    Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce so[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

    Dimanche matin ! je sors des Halles ; m’arrête devant l’étal du bouquiniste ; cherche une éventuelle "pépite" ; ne la trouve pas ; continue mon chemin ; arrive à hauteur des prem[Lire la suite]
Narbonne! Municipales2020 : Quoi de commun à "Narbonne En Commun" ?

Narbonne! Municipales2020 : Quoi de commun à "Narbonne En Commun" ?

  « Narbonne En Commun » (N.E.C) est donc la nouvelle enseigne d’un rassemblement des « forces de gauche » narbonnaises. Des forces qui se limitent, pour l’heure, si on e[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio