Contre-Regards

par Michel SANTO

Petite parabole sur le rayonnement d’équipements “structurants” (Le parc des expositions de Narbonne)

Quand j’ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j’ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de la vie politique  locale (pas seulement !) ; vite recouverte cependant par un vague sentiment de tristesse à l’idée de voir ces inoffensifs animaux, savants ou pas, donnés en spectacle à d’anonymes visiteurs. Puis m’est venu le souvenir (allez donc savoir pourquoi !) des campagnes d’explications données par les maires d’alors pour convaincre leurs administrés de l’impérieuse nécessité de construire ce genre d’équipement dits “structurants” (Vous remarquerez l’usage constant de ce qualificatif “structurant” dans le vocabulaire politique, au point d’ailleurs de le vider de tout sens, ce qui n’a aucune importance, son intérêt étant de sonner comme marteau sur l’enclume). C’était un temps où tous les premiers  magistrats de villes moyennes de l’époque voulaient leur “parc” (comme aujourd’hui leur salle multimodale), car forcément nécessaire au “rayonnement” et à “l’attractivité” d’un territoire “dynamique” et idéalement situé (Narbonne était un carrefour de l’Europe ! quand d’autres cités se prétendaient, elles, en son centre…) La qualité de l’environnement, le soleil, la mer étaient aussi présentés comme autant d’atouts garantissant le succès d’un tel investissement (dans ma ville, en tout cas). Des salons hauts de gamme ne pourraient donc pas ne pas se déplacer sur les bords de la Robine, plutôt que d’aller sur ceux de la Garonne ou du Lez, à Montpellier, par exemple. Sauf qu’en guise de vitrine, le temps aidant à mieux saisir la “vérité” des choses (et des êtres, mais là je m’égare), c’est de chats, chatons, chiens et chiots dont nous sommes devenus les “spécialistes” (ce dernier salon ayant été précédé d’une exposition canine nationale en août et d’une féline en début d’année !) Je note aussi, fin octobre, l’organisation d’un loto géant de gala, suivi deux jours après d’un repas concert ; puis d’un salon du bien être (logique !), qui laisse  ensuite sa place, en décembre, à l’Arbre de Noël des Oeuvres Sociales du Grand Narbonne ; lui  même remplacé par le Bal des Lycéens, serré de près par le salon professionnel des Buralistes ; la foire de Printemps du Grand Narbonne clôturant festivement cette programmation à l’éclectisme, disons provincial. Une vitrine, on en conviendra, bien peu en rapport avec les objectifs ambitieux affichés par les bâtisseurs de ce parc ( je passe sur la soirée “Basket club de la ville”, le “permis de magie” etc. Comme je passe, enfin, sur le taux d’occupation très faible, pour ne pas dire anecdotique, de cet équipement.) Finalement, ce Parc des Expositions pourtant promu aux plus hautes destinées est devenu, de fait, une grande  et banale salle polyvalente (on y trouve de tout) dont la vocation dépasse rarement le périmètre régional… Et puisqu’il me faut bien terminer cette histoire, je précise (la prudence s’impose : la police de la pensée, des mots…veille) que je n’ai rien contre chatons et chiots, buralistes et magiciens. Ils ne sont ici en effet qu’à leurs corps défendant (qu’ils me pardonnent !), le prétexte, “l’illustration” de cette parabole ; l’occasion de s’interroger sur d’autres équipements “structurants” envisagés dans ma petite ville…

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Avatar

    camus thierry

    |

    Encore une fois Monsieur Santo , vous appuyez la ou cela fait mail . Comme vous je n’ai rien contre les animaux , j’ai deux chats , Windu et Leia auxquels je tiens comme à la prunelle de mes yeux . Tout est petit et sans envergure , camping-car , exposition de voitures d’occasion sur les Barques . Sportfolio qui avait une dimension nationale est coulée . Nous citoyens Narbonnais avons l’impression que nos élus se complaisent dans la petitesse . Sète possède un musée consacré à Georges Brassens , Narbonne invite Patrick Sébastien pour la kermesse estivale , etc…… Comme je l’ai déjà dit , seul un parachutage dans le bon sens du terme pourrait sortir notre ville de ce bourbier initié et alimenté par la mairie et agglomération . Nous avons une magnifique cathédrale , allons y déposer un cierge .

    Reply

  • Avatar

    de Vargas

    |

    Il fut une époque ou foires et salons faisaient florès -et j’y ai apporté ma part- que l’internet a rendu obsolets au yeux d’un public blasé par des offres en inadéquation avec ses moyens. Les contraintes réglementaires et tarifaires achevant l’enthousiasme d’organisateurs fatigués.
    Et à cette époque, déjà, on évoquait la necessité d’agrandissements -la foire de printemps avait besoin de 3 grands chapiteaux- et développement vers des aménagements plus polyvalents -le parc étant inadapté par exemple aux concerts d’un point de vue accoustique. Projets sans cesse repoussés par Michel Moynier et d’autres -dont moi- qui pensaient qu’ils ne seraient pas rentabilisables. C’est amusant que le salon de l’érotisme soit mentionné dans le commentaire précédent car le même maire de l’époque avait toujours dit son opposition à sa tenue ici malgrè l’insistance des organisateurs. Ils ont fini d’ailleurs par s’implanter mais après essais sont vite repartis sous d’autres cieux. Même pour ça le lieu -la ville?- n’avait pas la “rayonnance” nécessaire.
    Dire qu’il s’y passait des évènements d’ampleur régionale est déjà un beau compliment Michel. La grande majorité n’avaient qu’un impact local ou demi-départemental (ouest Hérault/Est Audois). 15 ans de statistiques au salon de l’Habitat m’ont aussi appris que les Narbonnais boudaient leur Parc. En pourcentage on avait plus de Gruissannais ou Cuxannais que de Narbonnais (!!!) et toujours autour de 20% de Biterrois.
    D’ailleurs, si l’on compare le taux d’occupation -et non la qualité de programmation- notre “Parc” a encore de beaux restes par rapport à celui de la ville voisine. Mais la “mode” n’est plus à ce genre d’équipement parce que tant sa clientèle que le public ont changé leurs habitudes.

    Reply

  • Avatar

    Yellow Submarine

    |

    Il y a bien des maires qui offrent des voyages organises, a chacun sa technique…

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite,  je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

Narbonne ! Municipales2020 : Samedi, rue Droite, je me trouvais face au collectif Narbonne XXI…

      C’était Samedi. Après une petite station devant l’admirable vitrine de Brice Sarda, je reprenais ma «course» quotidienne et remontais vivement vers la place du Forum. U[Lire la suite]
Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

Un coup de coeur et quatre coups de gueule…

        19 Octobre. 17h 15, je prends la rue Droite — qui ne l'est pas — au départ de la place de l'Hôtel de Ville  pour attaquer mon grand tour urbain quotidien[Lire la suite]
Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :