Contre-Regards

par Michel SANTO

Petites affaires entre amis au Conseil économique, social et environnemental (CESE)…

CESE-Fougeirol_2011

Pendant que les attentats terroristes de Paris occultaient le reste de l’actualité, l’institution la plus inutile du pays procédait, à son renouvellement. Syndicats, associations, gouvernement et partis au pouvoir ont discrètement désigné les 233 membres du Conseil économique, social et environnemental (CESE), dont 40 personnalités qualifiées désignées par le gouvernement. Inutile de préciser que ces 40 sièges sont particulièrement convoités et soigneusement distribués par l’exécutif (1). L’institution compte aussi une soixantaine de personnalités associées qui contribuent à l’élaboration des fameux rapports et études, consacrés pour certains à l’agriculture familiale, la micro finance dans les départements d’outre-mer, ou encore l’extension du domaine maritime. Un machin que personne n’écoute, une planque pour les “amis” du pouvoir en place, un fromage pour des “forces vives” recyclées par nos “corps intermédiaires”. Tout s’y passe entre gens bien élevés et formés aux intrigues de cours. Ainsi, le président nouvellement élu, dans la plus grande discrétion, Patrick Bernasconi, 60 ans,  jusqu’à présent vice-président du Medef, aurait bénéficié du soutien et de l’aide, notamment, d’une personnalité qualifiée, Jean Grosset, l’actuel conseiller social du Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis. Deux vieilles connaissances depuis 40 ans, nous dit l’Obs. Un machin inutile, que personne n’écoute, disais-je, mais très généreux. Les indemnités y sont grasses pour un temps de présence – le travail c’est autre chose! – fort maigre. Chacun de ses membres perçoit  3.786,76 euros par mois, pour une moyenne de dix jours de travail par mois. La galère! Et, petite gâterie, sur cette somme, l’indemnité représentative de frais se chiffre à 1.838,23 euros non imposable. En contre-partie de quoi, de volumineux rapports sont régulièrement pondues, qui finissent leur vie dans d’obscures archives, aux bons soins de la “critique rongeuse des souris”…

(1) Tiens, parmi eux, un régional influent, Jean-Marie Cambacérès, né à Nîmes et connu dans les années 80 comme conseiller régional qui, depuis, a quitté la haute fonction publique pour les affaires. «Conseiller du soir» de François Hollande, il est membre de la «fameuse» promotion Voltaire et président de Démocratie 2012.

 

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Nathalie MP

    |

    En tout cas, magnifique bâtiment d’Auguste Perret, de facture classique dépouillée, en béton armé.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :