Contre-Regards

par Michel SANTO

Petites affaires entre amis au Conseil économique, social et environnemental (CESE)…

CESE-Fougeirol_2011

Pendant que les attentats terroristes de Paris occultaient le reste de l’actualité, l’institution la plus inutile du pays procédait, à son renouvellement. Syndicats, associations, gouvernement et partis au pouvoir ont discrètement désigné les 233 membres du Conseil économique, social et environnemental (CESE), dont 40 personnalités qualifiées désignées par le gouvernement. Inutile de préciser que ces 40 sièges sont particulièrement convoités et soigneusement distribués par l’exécutif (1). L’institution compte aussi une soixantaine de personnalités associées qui contribuent à l’élaboration des fameux rapports et études, consacrés pour certains à l’agriculture familiale, la micro finance dans les départements d’outre-mer, ou encore l’extension du domaine maritime. Un machin que personne n’écoute, une planque pour les “amis” du pouvoir en place, un fromage pour des “forces vives” recyclées par nos “corps intermédiaires”. Tout s’y passe entre gens bien élevés et formés aux intrigues de cours. Ainsi, le président nouvellement élu, dans la plus grande discrétion, Patrick Bernasconi, 60 ans,  jusqu’à présent vice-président du Medef, aurait bénéficié du soutien et de l’aide, notamment, d’une personnalité qualifiée, Jean Grosset, l’actuel conseiller social du Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis. Deux vieilles connaissances depuis 40 ans, nous dit l’Obs. Un machin inutile, que personne n’écoute, disais-je, mais très généreux. Les indemnités y sont grasses pour un temps de présence – le travail c’est autre chose! – fort maigre. Chacun de ses membres perçoit  3.786,76 euros par mois, pour une moyenne de dix jours de travail par mois. La galère! Et, petite gâterie, sur cette somme, l’indemnité représentative de frais se chiffre à 1.838,23 euros non imposable. En contre-partie de quoi, de volumineux rapports sont régulièrement pondues, qui finissent leur vie dans d’obscures archives, aux bons soins de la “critique rongeuse des souris”…

(1) Tiens, parmi eux, un régional influent, Jean-Marie Cambacérès, né à Nîmes et connu dans les années 80 comme conseiller régional qui, depuis, a quitté la haute fonction publique pour les affaires. «Conseiller du soir» de François Hollande, il est membre de la «fameuse» promotion Voltaire et président de Démocratie 2012.

 

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Nathalie MP

    |

    En tout cas, magnifique bâtiment d’Auguste Perret, de facture classique dépouillée, en béton armé.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

Narbonne ! Municipales2020 : la piqure de rappel du PCF à ses électeurs et alliés…

        L’on ne saurait reprocher aux communistes narbonnais de la constance dans l’expression publique de leur stratégie politique. Pour eux, l’apolitisme – le terme apa[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond sentiment d’hostilité envers mes semblables…

Scènes de la vie narbonnaise et d'ailleurs : un spectacle qui réveille toujours en moi un profond se

            Il est 10 heures 30, ce matin. À travers la grande baie de mon bureau surplombant les toits, la place et les rues qui font ma géographie quoti[Lire la suite]
Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire ?

Affaire Griveaux : Dans certaines circonstances, un homme peut-il tout se permettre et tout détruire

    Ce qu’a fait Monsieur Griveaux, alors qu’il occupait les fonctions de porte-parole du gouvernement, rattaché au Premier ministre : réaliser une vidéo révélant ses parties intimes à un[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne ! Municipales2020 : Echos de campagne…

Narbonne. Hôtel de ville. « Deux grosses prises » pour madame Granier-Calvet, titrait l’Indépendant, l’autre jour. Lecture faite, ce n’était pas d’un concours de pêche aux thons dont il était rend[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

Narbonne ! Municipales2020 : Nul ! Nul ! et Nul…

    Finalement, quand on y réfléchit bien, la politique se résume à une seule passion : le goût du pouvoir ; et l’assouvir suppose que, par celui (ou celle) qui l’éprouve, soient clairem[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oubli !

Scène de la vie narbonnaise (et d'ailleurs aussi) : Une terrasse place de l'Hôtel de Ville… et l'oub

    Denis Carrière : café de la Paix. Capestang (34)    M. est un ami. Il me dit ne pas pouvoir rester assis à la terrasse d’un bistrot plus de 15 minutes ; et s’étonne toujours[Lire la suite]
  
2006-2020 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :