Contre-Regards

par Michel SANTO

Petites réflexions sur la petite “manif” du 22 mai dans ma petite ville avant la “grande marée” populaire du 26, de J.L Mélenchon…

Lisant un texte publié par Gil Jouanard (celui de Claire Fourier s’en rapprochant) sur sa page Facebook le 23 mai, je pensais à la foule de manifestants  – d’ailleurs exagérément gonflée (statistiquement parlant !) par le journaliste qui en rapportait le défilé d’avant hier entre la Médiathèque et la Sous-Préfecture de Narbonne) – dont la trajectoire correspondait en partie à celle de ma randonnée urbaine habituelle, une baguette de pain sous le bras (façon de parler) et l’esprit en roue libre (si je puis dire, car me déplaçant toujours à pied.)Un véhicule de la police municipale, dans une situation semblable à celle de la voiture balai du tour de France, bouclait élastiquement cette “manif” de fonctionnaires en grève d’où jaillissaient, comme d’un seul corps, cris et slogans hostiles au président de la République, tandis qu’une camionnette de la CGT roulant à petits pas (façon de parler encore !) l’ouvrait, et qu’une jeune dame armée d’un mégaphone lançait des mots d’ordre cadencés en rafale, tout en allant, elle, dangereusement, en marche arrière, pour faire face à son choeur remarquablement obéissant !

Arrivé à la hauteur de ce rassemblement compact, je me disais que si des personnes le composant prises dans leur individualité et libérées du carcan de leurs préjugés pouvaient se révéler attendrissantes, émouvantes de sincérité et d’humanité, le groupe en question (et fusion), lui, ne saurait jamais être, comme d’autres et pour d’autres motifs, parfois suspects, la somme, pour reprendre l’expression de Gil, “de tous les mérites et de toutes les qualités individuelles qu’il réunit.” Ce constat pouvant être fait à l’échelle d’une famille ou au plan national, comme dans tous les “champs” de la vie sociale, politique, culturelle, sportif…

Une réflexion que j’élargissais aussi, pénétrant dans les Halles, à l’univers des réseaux sociaux, au sein duquel des “meutes” s’organisent  et prolifèrent à des vitesses inouïes sous des prétextes – souvent – où l’hypocrisie, la brutalité, la bêtise quand ce n’est pas l’ignorance la plus bornée, se donnent à voir quasiment sans limites de temps. Point de vue qui explique finalement mon peu de goût pour les tentatives d’explications philosophiques (et politiques) sur les beautés militantes de la dissolution du “je” dans l’impersonnalité du groupe (Sartre,Blanchot…) et mon parti pris d’un regard toujours distancié sur les diverses expressions collectives de groupes, rassemblement, foules ou “masses”, quelles que soient leur taille, en mouvement, ou pas d’ailleurs…

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    Aimé COUQUET

    |

    Non Michel Santo, la manifestation du 26 mai n’est pas la manifestation de JL Mélenchon mais celle de plus de quarante associations nationales, syndicats et partis politiques. D’ailleurs Mélenchon lui-même n’en est pas à l’origine, il a mis pas mal de temps pour accepter, du moment qu’il n’était pas l’impérator à bus à impériale. Il n’est, avec son parti qu’un parmi tant d’autres. Il est vrai que les médias font tout pour laisser croire que c’est lui qui tient la baguette. Macron veut le désigner comme seul adversaire. Pour notre part c’est le rassemblement et son contenu qui compte. Ni dieu, ni maître, ni césar !

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

      Dans la plupart des pays européens confrontés aux mêmes problèmes : diminution des actifs et augmentation de la population âgé, la réforme des « retraite » s’est faite sans[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :