Contre-Regards

par Michel SANTO

Pinet et Mouly dans l’arène narbonnaise…

 

 

 

 

images-copie-20.jpeg

 

 

A Narbonne, qui se veut grande et qui le fut , c’est vrai, au moins jusqu’à la fin de l’antiquité romaine ( mais qui ne le sera plus jamais ) comme partout ailleurs en Gaule, on affûte glaives et tridents avant d’entrer dans l’arène pour y affronter le  » sénateur  » Bascou, depuis 5 ans maître des lieux, et qui entend bien sûr le rester ! Hier, c’est Pinet qui rassemblait ses légions, ce soir Mouly festoie avec les siennes. Deux armées concurrentes, en attendant celles de Marine et de Soulié, et un plan de bataille idéal pour le maire sortant. Ayant déjà dit ce que je pensais d’une telle répartition des troupes assiégeantes, je n’y reviendrai pas et renvoie les oublieux à mes billets précédents. Le Midi Libre couvre ces deux  » évènements « , dans ces deux dernières éditions, en donnant la parole et le même nombre de mots, parité oblige, à nos deux tribuns d’opposition. Que retenir ? Pinet veut s’adosser à Toulouse, pas idiot, et propose un   » nouvel élan pour Narbonne !  » ; et avançe cette audacieuse proposition:  » la modification du sens de circulation, avec un accès du quai Victor-Hugo vers la Médiathèque, sens naturel d’entrée dans notre ville.  » Ciel ! Une marée d’automobiles sortant de l’autoroute pour aller   » se planter  » devant la médiathèque en empruntant des Barques conçues pour être totalement  piétonnisée, et qui le seront forcément un jour… Je n’ai pas de conseils à donner à Frédéric, mais il serait, ce me semble, plus avisé de la bloquer à hauteur du Théâtre ou du parc des sports, cette motrice et polluante déferlante, et proposer plutôt un aménagement conséquent et complémentaire des Barques sur le quai Victor Hugo en direction du nouveau quartier en voie de réalisation. Didier, lui, plus amical ( !!! ) , trouve le dit Pinet agressif et le ci-devant Bascou catastrophique ! J’ai relu trois fois son propos et n’y ai rien trouvé d’offensif et de bien original, à part cette nostalgique et contradictoire remarque sur cette belle réalisation Bascoulienne :  » Les Barques, il fallait les refaire, ce sera joli, mais elles n’auront aucun caractère, avec un revêtement et un mobilier banalisés, comme on en trouve partout  » Comprenne qui pourra ! Sans doute pensait-il à de vrais faux candélabres du début du siècle précédent pour les illuminer, comme me le disait avec tristesse un de ses futurs colistiers. L’avenir à reculons quoi ! Je n’ai pas de conseils à donner non plus ( je me répète ! ) à Didier, mais il me semblerait beaucoup plus judicieux de  proposer plutôt un aménagement conséquent et complémentaire des Barques ( je me répète encore ! ) en   » traitant  » l’axe place des   » quatre fontaines  » – Hôpital par une politique de réhabilitation urbaine de  grande ampleur du quartier de Bourg… Mais bon! ce que j’en dis aux deux, peut-être qu’un troisième y réfléchit déjà… J’ai ma petite idée sur son nom !

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Philippe Jaenada présentait son roman "La Serpe" à Port-Leucate, cet été. Je l'ai lu…

Philippe Jaenada présentait son roman "La Serpe" à Port-Leucate, cet été. Je l'ai lu…

    Cette année, Michel Py m'a gentiment adressé (comme il le fait régulièrement à chaque rentrée littéraire) le dernier roman de Philippe Jaenada, "La Serpe"  (éditions Julliard), prése[Lire la suite]
Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]