Contre-Regards

par Michel SANTO

Quel poison cette taxe carbone!

Afficher l'image en taille réelleJe l’avoue, la taxe carbone, je n’y comprends plus rien ! Au départ tout paraissait pourtant bien simple. Et puis tous les candidats à la dernière présidentielle s’étaient engagés devant Saint Hulot à la mettre en œuvre. Le débat sur le principe me semblait donc clos.Et voilà que Rocard-Fillon et Sarko se font tacler par Ségolène qui, au passage, met dans le fossé Martine, Daniel et les autres…avec le soutien inattendu et encombrant de Claude Allègre pour qui«parler d’une taxe carbone pour l’ensemble Europe-Amérique du Nord (50 % des émissions de CO2),  peut être un sujet de débat, mais l’instaurer au seul niveau français est ridicule».Boum ! Ce qui est vrai d’un point de vue statistique, mais faux d’un point de vue symbolique. Car comment changer en effet des comportements considérés comme néfastes d’un point de vue environnemental, sans mesures incitatives et sans attendre que tout le monde s’y mette. A commencer par les B.R.I.C (Brésil, Russie, Inde et Chine), pays en plein développement qui, avec nos péri-urbains qui doivent prendre leur voiture tous les jours et nos ruraux qui se chauffent au fuel, hurlent à l’injustice sociale. Bref, comme le dit joliment Eric le Boucher «  le social et l’écologie s’opposent par nature ». Un clivage, à gauche, qui paralyse son logiciel du « progrès matériel continue… »  alors, qu’à droite, les libéraux se satisferont probablement de compensations sur d’autres chapitres fiscaux. En attendant les aspects techniques de cette future taxe, reconnaissons l’habileté politique de la manœuvre qui, par Ségolène Royal interposée, divise son parti et accentue l’opposition Verts-Rose-Rouge…Quel poison cette taxe! 

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (1)

  • Avatar

    phthoreux

    |

    Aussi perturbé que vous par ce nouveau gadget fiscal, je renchéris. Il me semble qu’on devrait tout simplement interdire aux Politiques le recours aux taxes et impositions lorsqu’ils se mettent en devoir de trouver une solution à un problème. C’est trop facile…

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :