Contre-Regards

par Michel SANTO

RCNM : on ne déroule pas le tapis rouge pour bien accueillir le handicap !

handi19

 

J’ai un ami tétraplégique. Il aime le rugby et son club : le RCNM, et se désespère de ne plus pouvoir assister à aucun de ses matchs à domicile, au Parc des Sports et de l’Amitié. Sa passion est toujours aussi vive, mais trop d’obstacles matériels et administratifs l’empêchent de la vivre avec intensité. Il lui est en effet impossible d’accéder au parc de stationnement d’honneur avec sa seule carte de handicapé pour rejoindre ensuite l’ascenseur de la tribune où 10 à 15 places sont réservées à des personnes se déplaçant en fauteuils, notamment. Filtré par la police municipale, loin de ce parc à voitures, on lui demande désormais de présenter une carte d’accréditation délivrée par les services de la mairie. Une carte à renouveler, qu’il est obligé d’aller chercher par ses propres moyens en plein centre-ville, au CCAS, avant chaque match. Pas difficile d’imaginer sa « galère » ! Comme celle de supporteurs d’équipes en déplacement à Narbonne, handicapés comme lui, qui, eux, se retrouvent tout simplement dans l’impossibilité matérielle de récupérer cette carte. S’ils sont accompagnés, ils pourront, certes, franchir tous les obstacles physiques qui se présenteront devant eux. Mais seuls ?!  Une situation manifestement contraire à la lettre et à l’esprit de la loi de 2005 sur le handicap. Aussi mon ami se rend-il désormais chez nos voisins, à Perpignan. Là, au stade Aimé Giral, dans un contexte urbain similaire à celui de Narbonne, il présente sa seule carte de handicapé pour accéder directement, avec son véhicule automobile, à un espace sans obstacle, l’y laisser en stationnement et se rendre en fauteuil au pied de la tribune et des places qui lui sont réservées. Pourquoi donc ce qui est possible, permis à Perpignan et dans d’autres villes de France où se pratique ce sport, ne l’est-il pas à Narbonne ? À cette question posée par mon ami au président du RCNM, au maire, aux différentes autorités, aucune réponse ne lui a jamais été apportée. La fraternité pourtant s’affiche en grand sur les panneaux du Parc des Sports… et de l’Amitié. Reste encore, à l’évidence, à la faire vivre… Il suffirait pourtant de si peu de choses !

Site web de l’image en cliquant sur (ici)

 
 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager ! Et n’hésitez pas non plus à lire aussi les autres articles proposés ci-dessous !

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Avatar

    Duhen

    |

    C’est malheureusement le triste reflet de la réalité

    Reply

  • Avatar

    Duhen

    |

    Afin que tout le monde comprenne bien, le but est d’obtenir gain de cause pour le RCNM mais aussi pour l’accès à tous les événements organisés au stade quel que soit l’organisateur à charge de la mairie d’imposer cette accessibilité

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

Municipales2020 ! À Gruissan — et ailleurs ? — Codorniou se jette à l'eau !

      Codorniou rompt enfin un lourd silence qui mettait les électeurs de Gruissan, ses concurrents éventuels et les commentateurs du mundillo politique narbonnais dans un état proc[Lire la suite]
Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

Narbonne ! Municipales2020 : Monsieur Daraud veut épurer notre petite cité !

  Monsieur Daraud veut épurer notre petite ville. Les SDF la salissent, leurs chiens chient et puent. « Il faut les enjamber pour entrer dans les commerces du centre-ville. » Ce sont des « ind[Lire la suite]
L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence.

          « L’ai-je déjà dit ? J’apprends à voir. Oui, je commence. Cela va encore mal. Mais je veux employer mon temps. Je songe par exemple que jamais encore je[Lire la suite]
À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

À quoi bon inventer des histoires, les mots n’y suffiront jamais.

  2. J’allais donc sur une plage de sable fin dont je tairai ici le nom, pour encore tenter de vivre, dans ce moment d’écriture, l’illusoire après midi d’un monde rythmé par des images et de[Lire la suite]
Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

Faux procès et questions après la tuerie à la Préfecture de Police de Paris…

        Il eut donc fallu que Monsieur Castaner, dans l’instant même où l’assassinat de quatre fonctionnaires de police fût commis et l’information instantanément diffusée sur[Lire la suite]
Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

Il est de sombres dimanches matin au sortir des Halles de Narbonne…

    Dimanche matin ! je sors des Halles ; m’arrête devant l’étal du bouquiniste ; cherche une éventuelle "pépite" ; ne la trouve pas ; continue mon chemin ; arrive à hauteur des prem[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :