Contre-Regards

par Michel SANTO

Remarques en vrac, et à l’emporte pièce, sur « l’affaire Benalla », à l’attention des « indignés » de circonstance…

 

   

Remarques en vrac, et à l’emporte pièce, sur l’affaire Benalla, à l’attention des « indignés » de circonstance :

  • Le cabinet d’un Président de la République – et d’un ministre – , est composé de hauts fonctionnaires (qui, pour le plus grand nombre d’entre eux et indépendamment de leurs options politiques et/ou de leur loyauté envers celui qu’ils servent, ont au plus haut degré le sens de l’intérêt de l’État) et de « militants » (sans formation administrative, mais fidèles et dévoués à celui qui incarne temporairement leur vision idéologique), dans des proportions ou les seconds sont très minoritaires. À l’inverse, ils pullulent dans les cabinets des exécutifs des collectivités locales…
  • C’est dire que, pour cette deuxième catégorie de collaborateurs, les risques  techniques et politiques encourus sont d’autant plus grands que leurs places dans l’organigramme du « pouvoir » est élevée, mal définie et mal contrôlée (ce que l’on peut constater aisément aussi et surtout dans  les collectivités locales…)
  • De sorte qu’en cas de bavure (euphémisme : pour ne pas dire faute grave), la sanction – proportionnée – doit être immédiate et la responsabilité de celui qui a exigé la nomination de son auteur, engagée dans les plus brefs délais – dans le cas Benalla, le Président de la République l’a fait, mais sans doute trop tard !).
  • Que dans ces temps de profondes fractures idéologiques et fragilités sociales, l’indispensable devoir d’information de la presse peut déraper, sous la pression des réseaux sociaux et la recherche effrénée du buzz, en informations bâclées, jugements sommaires…
  • Et que la tentation du lynchage public (ou de l’héroïsation publique !) en meutes plus ou moins organisées est d’autant plus présente dans l’opinion publique qu’elle est viralement activées dans et par les réseaux sociaux (comme par une opposition qui trouve là l’occasion de faire oublier ses échecs et son vide programmatique et politique)
  • Que notre démocratie et nos institutions ont fait la preuve de leur réactivité et de leur efficacité ;
  • Et qu’enfin, bien que ne connaissant pas monsieur Benalla, sans sous-estimer sa faute, comme celle de ses « patrons » (voir ci-dessus), ce matin, devant le déferlement de haine subit par ce jeune homme de 26 ans, (et « sa mise à nu » sauvage sur la place  publique  médiatique) depuis des jours et des jours, je ne puis empêcher un léger, mais pénétrant, sentiment de honte (c’est ainsi !) titiller mon esprit…
 

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (3)

  • Pichon

    |

    Vous êtes impayable !
    Vous ne prenez pas position sur l’affaire elle même , non, vous vous contentez de dire blanc puis noir sur tous les aspects de cette affaire . Vous fustigez les médias , mais vous ne faites pas mieux ( ou pire selon votre point de vue) en reprenant cette affaire sur votre blog !
    Et la cerise sur le gâteau , La Défense d’un nervis, au comportement voyou. Bravo pour la république exemplaire et le quitus donné à tous ceux et celles qui parce qu’âgés au plus de 26 ans useront de violence et d’usurpation de « qualité « , pourront se prévaloir de votre « sentimentalisme » pour excuser leurs fautes!
    A bien vous lire, vous ne savez que reprendre les éléments de langage propre a ce qu’il faut bien dorénavant une majorité aux ordres d’un pouvoir monarchique dont le motto est devenu  » L’état c’est moi qui suis responsable de tout ».
    Si vous ne retrouvez pas rapidement un esprit critique ( qui aime bien châtie bien) vous ouvrirez rapidement les portes à ceux à qui seul l’extrémisme apparaît comme la seule issue.

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      Il n’y a que vous pour « lire » ainsi ce billet. Ce qui paradoxalement le justifie. Mais quand donc sortirez vous enfin de la cage de préjugés et de réactions passionnées qui tordent ainsi vos jugements. Si la République est en danger, elle l’est de cet abaissement de la raison…

      Reply

  • NOUXET Marc

    |

    De la réflexion, de la logique, face à la volonté d’exacerber les cotés et le passions sombres de l’homme, un peu d’air frais dans cet été torride. Merci Monsieur.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Mélenchon entre théâtre ce soir et télé réalité…

Mélenchon entre théâtre ce soir et télé réalité…

Le croquis de la semaine de Denis Carrière : Mélenchon "Entre théâtre ce soir et télé réalité "       Vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessus. Tous les croquis et ca[Lire la suite]
Alain Perea se tire une balle dans le pied !

Alain Perea se tire une balle dans le pied !

  Narbonne, vendredi 23h 30   Depuis ce matin, Alain Perea se fait tirer comme un lapin sur les réseaux sociaux. À ses trousses, des milliers de "fusils" venus des quatre coins du[Lire la suite]
Vu d'Aude, monsieur Mélenchon, vous m'êtes apparu comme un homme sans principes et sans valeurs…

Vu d'Aude, monsieur Mélenchon, vous m'êtes apparu comme un homme sans principes et sans valeurs…

        Vu d'Aude, encore traumatisée par les catastrophiques évènements subis au début de cette semaine – une Aude, en certains de ses endroits, dévastée, où des famille[Lire la suite]
Dans l'Aude, le tragique et la douleur ont fait brutalement irruption…

Dans l'Aude, le tragique et la douleur ont fait brutalement irruption…

      Narbonne, le 16 octobre à 13 heures Depuis hier soir, ne me quitte plus ce sentiment du dérisoire et de l'insignifiance  de la "vie" politique telle que la rapportent [Lire la suite]
La branlée du RCNM à Valence fera-t-elle réfléchir les "Socios" et les "autres"…

La branlée du RCNM à Valence fera-t-elle réfléchir les "Socios" et les "autres"…

          "Sucette", le gourou des Socios du RCNM, a beau s'en "beurrer les noisettes", sortir la lame et pointer son équipe en lui retirant son aide financière, [Lire la suite]
Une prison à Perpignan, mais pas à Narbonne, ni à Lézignan...

Une prison à Perpignan, mais pas à Narbonne, ni à Lézignan...

        Fin de l'enfumage médiatico-politique sur l'édification d'une prison dans le Narbonnais d'abord, puis le Lézignanais ensuite. L'État vient de s'engager en eff[Lire la suite]
%d blogueurs aiment cette page :