Contre-Regards

par Michel SANTO

Si cet éden…

 

 

 

 

 

Bruit, tumulte, tapage, mugissement parfois, tintamarre, cacophonie, cancan souvent, scandale, tollé, rumeur toujours. Et toujours chaque été ! Existe-il un coin de plage, une terrasse de café, un village, un hameau où l’on puisse enfin regarder le monde et les autres dans le silence et la douceur estivale ? Où faut-il donc aller pour ne plus subir ce terrorisme sonore qui désormais se hausse du col en prenant des airs d’animation culturelle. Comment fuir la semaine bavaroise de Narbonne, les tambours brésiliens de Saint Affrique et la multitude d’intermittents du spectacle qui prolifèrent jusque dans les burons les plus perdus du pays d’Aubrac et qui hantent nos soirs d’été de leur nullité musicale ?  Je rêve d’une ville sans festival, d’un bistrot sans musique, d’une mer sans pédalos, d’une radio sans « primaires » et d’un ciel sans nuages. Et si cet éden existe ailleurs que dans la lecture ou l’écriture, comme dans l’instant présent, dîtes le moi !

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire