Contre-Regards

par Michel SANTO

Articles marqués avec ‘Delanoë’

En quoi la responsabilité de Closer serait-elle engagée, je vous le demande!

imgresGrosse tempête médiatique dans un verre d’eau. Ce vendredi, le magazine Closer a révélé l’homosexualité supposé de Florian Philippot, le numéro 2 du Front national. Dire de quelqu’un ou de quelqu’une qu’il est homosexuel serait donc une chose effroyable, condamnable! Ce qui , paradoxalement, chez nos indignés de tous bords, tendrait à présenter son orientation sexuelle comme une anomalie, voire une perversion. Un comble! Cela le mettrait, de plus, en danger, nous dit-on! Ce qui, dans une société où le mariage pour tous vient d’être institué avec comme conséquences, notamment, la publication des bans et la participation à une cérémonie ouverte à tous en mairie, est proprement irréel , et pour tout dire stupide. Ferait-on observer que cette révélation nuirait à sa carrière politique, qu’on rappellerait que Bertrand Delanoë l’a fait en 1998 et a été élu deux fois de suite maire de Paris, et que Klaus Vowereit, le maire de Berlin, a fait son coming-out en 2001 et vient juste de mettre fin à sa fonction. Et puis enfin, en quoi le outing de Florian Philippot serait-il plus indigne que la révélation de la liaison du Président avec Julie Gayet? Encore une fois nous voilà pris dans une torrentielle pluie d’hypocrites et fausses colères pour une affaire proprement insignifiante… Le plus honorable était de n’en point parler, après tout Monsieur Philippot a le droit d’aimer et d’être aimé par qui bon lui semble. Et Closer n’est pas le responsable de cette déferlante, mais bien ceux qui depuis dans toutes les rédactions commentent sur les commentaires afin d’entretenir ce flux médiatique faussement moral et réellement profitable…

O sole mio…

Dans Le Point.fr, ceci :

À quoi tient un congrès du PS… Si Bertrand Delanoë avait accepté l’offre des ­socialistes marseillais, c’est sa motion qui serait arrivée en tête le ­6 novembre. Le duel de dames n’aurait pas eu lieu, les contestations qui ont suivi pas davantage. Avec des “si”, on mettrait Paris (et son maire) en bouteille, mais il s’en est bel et bien fallu d’un cheveu. Mi-septembre, le chef des socialistes marseillais, Jean-Noël Guérini, a dépêché son bras droit, Patrick Mennucci, pour négocier le ralliement des Bouches-du-Rhône. Rendez-vous a été pris avec Harlem Désir, lieutenant de Delanoë, dans un café proche du siège de Solferino. Si le deal n’a pas été scellé, c’est que le maire de Paris jugeait exorbitantes les conditions des Marseillais (notamment la tenue de primaires ouvertes à toute la gauche pour la présidentielle) et qu’il ­réprouvait les pratiques d’une fédération contrôlée par Guérini d’une main de fer. “Faire de la politique, c’est avoir une ligne et des principes”, commente Harlem Désir. Ségolène Royal, elle, a topé sans ­hésiter. Résultat : elle a hérité de 4 300 voix dans les seules Bouches-du-Rhône. De quoi distancer largement ses rivaux…”

Même opération mains propres (!!!) dans l’Hérault où G. Frêche a troqué les voix de ses fonctionnaires territoriaux et de ses obligés contre sa réintégration au parti.Raté! Comme quoi la rénovation des moeurs et des pratiques promu par Ségolène passe aussi par des alliances méditerranéennes aux accents disons, pour rester courtois… napolitains. Je l’imagine tenant par la main Guérini et Frêche : ” Fra…ter…ni…té…” ” Fra… … …” …

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël aussi. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandises, le même fond "musical[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint Just-Saint Pasteur

Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint J

        Lundi dernier, était-ce le matin ou l’après-midi, je ne sais plus. Pour quelles raisons me suis-je retrouvé devant l’entrée du passage de l’Ancre, je l’ignore. Et[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio