Contre-Regards

par Michel SANTO

Articles marqués avec ‘Primaires Citoyennes 22-29 janvier 2017’

Ayrault, Royal… les mauvais génies du PS et de Macron ?!

Sans titre


Croit-on vraiment que Macron peut être présent au second tour de la présidentielle s’il se présente  comme “le candidat de rassemblement de la gauche”, comme le disent de plus en plus fort d’anciens ministres et hauts responsables du PS – Royal, Ayrault etc ; et croit-on tout autant Macron assez stupide pour se laisser enfermer dans un camp représenté par des personnalités politiques brûlées, à tort ou à raison, par un mandat et une pratique quinquennale contestés par une majorité d’électeurs, y compris de gauche ? Ce piège tendu par des responsables politiques discrédités, qui ne veulent pas d’un Montebourg ou d’un Hamon, mais qui cultivent aussi un fort ressentiment personnel envers Valls, est pourtant largement ouvert depuis quelque temps sans que le candidat « d’ En Marche », ne s’en inquiète. Si je comprends bien ses raisons tactiques, il me semble cependant qu’il aurait bien tort d’en sous-estimer les dangers.  Même si je doute fort que ceux qui anticipent un retrait du candidat sorti de la primaire du PS, dès avant le premier tour, si les sondages le plaçait en quatrième ou cinquième position, croient vraiment que les primaires, son coût, la mobilisation militante et électorale, pourraient être passées à la trappe au profit d’un “rassemblement” sur d’autres principes – et non négociable –, sans que le PS n’en pâtisse lourdement.  Qui peut croire en effet qu’un Hamon, Montebourg ou Valls, après une bataille électorale à hauts risques politiques et personnels pendant cette primaire, pourrait demander à leurs électeurs de la “gommer” pour soutenir celle d’un Macron, dès le premier tour ? Ce serait la mort assurée du PS, sans qu’il ait livré le début d’un commencement d’une campagne d’idées et de convictions. Objectivement, le PS, à travers son candidat, ne peut pas se permettre d’abdiquer à son tour, après Hollande, en se retirant dès le premier tour de la présidentielle. Et comme Macron n’a aucun intérêt à solliciter ce genre de désistement partisan – nombre d’électeurs de gauche font déjà mouvement vers lui et/ou Mélenchon –, le match promet d’être féroce, dans les semaines qui viennent, entre ces trois-là !