Contre-Regards

par Michel SANTO

Tri dans mes carnets.

 

 

Quatre petits carnets de différents formats sur mon bureau. J’y note idées, impressions, propos ou réflexions récoltées dans la rue, à la radio, chez des amis ou dans une librairie. Dans les livres et les journaux aussi… En vrac ! Comme ceux-ci lus ce matin, non datés :

 

                                               .°.

 

  • Cette phrase de Balzac qui clôt la célèbre description de la pension Vauquer et de sa tenancière, dans le Père Goriot : « Son jupon de laine tricotée résume le salon, la salle à manger, le jardinet, annonce la cuisine et fait pressentir les pensionnaires » Admirable ! Toute sa personne explique la pension comme elle l’implique.

 

  • Bêtise : penser comme une bête, mal ou peu. Elle se distingue par comparaison et par degrés. Elle laisse donc une chance aux imbéciles (il y toujours plus bête qu’eux) et aux génies (il y a toujours de la bêtise en eux à surmonter)

 

  • De Chateaubriand : « Tout le monde regarde ce que je regarde, mais personne ne voit ce que je vois ». Apparemment contradictoire avec la formule trouvée dans « L’œil et le cerveau » de Philippe Meyer, je crois… : « C’est l’œil qui voit et le cerveau qui regarde »…

 

  • « L’opinion est la reine du monde, comme la sottise est la reine des sots » Chamford.

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire