Contre-Regards

par Michel SANTO

“Un débat sur l’identité nationale… Et pourquoi pas ?”

« Il n’y a pas d’essence nationale. Il y a une adhésion volontaire à des principes, qui sont ceux de la République et des droits de l’homme, comme le préconisait déjà Renan. » nous dit Laurent Joffrin dans le « Libé » de ce jour. Soit ! Il nous faudrait donc admettre, selon notre éditorialiste, que d’autres Etats que le nôtre étant tout aussi républicains et respectueux des droits de l’homme, l’idée même de nation serait par nature…trans-nationale !!! Autant dire une idée vide de sens, autre que juridico-politique. Un ensemble de droits et de principes détachés d’une histoire, d’une culture, d’une langue, d’un territoire. Une espèce d’auberge espagnole dans laquelle chacun pourrait y entrer avec son bagage culturel propre, son identité, la conserver et la défendre. Evidemment, ce point de vue, Joffrin, ne peux  l’afficher de manière aussi nette. Et de le contredire apparemment  quelques lignes plus loin en se référant toujours au même Renan, pour nous préciser «  que la nation  repose (aussi) sur une histoire et une culture communes, établies par le temps. » et, ajouterais-je, qui fondent son identité. Une identité nécessairement ouverte mais qui ne peut s’enrichir, comme le prétend notre éditorialiste, par la seule place faite  «  … aux influences du grand large dans une nation à l’humeur résolument cosmopolite? ». Car il y a en effet, comme le dit Max Gallo «  des fondamentaux qui jouent dans la vie politique qu’il est bon de rappeler ». En ce sens, le débat lancé par Eric Besson est légitime. A la condition cependant qu’il ne soit pas instrumentalisé à d’autres fins, notamment électorales, en jouant sur « les peurs » et en pratiquant l’amalgame. Cela dit, il appartient bien au «  politique » de montrer aux nouveaux Français comment leur insertion dans la communauté nationale contribue à la modifier, et réciproquement ! Dommage que la gauche refuse ce débat en brandissant comme seul argument le fantôme de Le Pen. Un fantôme qui, en l’espèce, ne pourra durablement masquer ses difficultés à affronter ses propres « obstacles psychologiques et intellectuels » sur une question laissée sans réponse depuis trop longtemps.
Note:
  Le titre de ce billet est la reprise de la question posée par L.Joffrin au début de son éditorial.

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Avatar

    marc d'HERE

    |

    Oui c’est un sujet important. Mais fallait-il un tel débat? Je n’en suis pas out à fait persuadé.

    Reply

  • Avatar

    Michel Santo

    |

    Ce qui me pose un problème, c’est moins le débat en effet, comme je le souligne, que le moment choisit, avec les risques évidents d’instrumentalisation politicienne ( régionales…)… Cela
    dit,dans ce pays, on est toujours ou presque dans ce genre de situation.Ce qui, à trop vouloir les éviter ( les risques ), empêche, surtout sur ce genre de sujet, l’organisation d’une véritable
    discussion publique. Tout le monde ou presque y trouvant son compte: le FN faisant ses choux gras du silence gêné des partis de gouvernement, le PS jouant du FN pour éviter de se mettre en
    contradiction avec ses propres fondements ” culturels “, l’UMP se défaussant par complexe ” droitier “…
    Alors pourquoi pas? comme le dit Joffrin. Tout en restant vigilants sur les bornes à ne pas franchir.
    Bien à vous

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio
 
%d blogueurs aiment cette page :