Contre-Regards

par Michel SANTO

Un jardin sans nom.

UnknownIl est des endroits ignorés de la foule où flotte un sentiment de paisible quiétude. On y trouve souvent des jeunes gens rêveurs tout à leur amour, parfois un homme seul aux cheveux gris, toujours le même, perdu dans ses songes; ce jour là, une jeune maman et  son enfant dans ses bras endormi. Des touristes aussi traversent ce jardin pour rejoindre le cloître auquel il se trouve adossé. Ils le font à petits pas respectueux du silence et de la beauté du lieu. Un immense cèdre, quelques platanes, trois carrés de pelouses bordés de buis et une fontaine le composent. J’y retrouvais, certains soirs d’été, son gardien. Un homme discret qui me racontait sa dernière pêche dans l’étang de Bages , les habitudes des rouges-queues et les méfaits d’un couple d’éperviers devenu sédentaire. En fond sonore, l’apaisant murmure des eaux de la fontaine ajoutait un air de nostalgie à notre innocent bavardage. « Le temps s’écoule comme l’eau qui coule. » peut-on lire autour de son bassin… Depuis, mon jardinier est parti. Où ? Je ne sais ! Mais désormais , en cet endroit ignoré de la foule, je dois avouer que je n’y respire plus tout à fait le même air…

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (2)

  • Avatar

    Elle

    |

    Que c’est beau ! Rien qu’en lisant ce texte je sens le parfum du buis. C’est une chance qu’il soit ignoré de la foule même si les enfants (lycéens) y viennent nombreux.

    Reply

  • Avatar

    Elle

    |

    Pourquoi ai -je cette drôle de tête triangulaire ? en avez vous d’autres ?

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :