Contre-Regards

par Michel SANTO

Un roman noir de G.J.Arnaud en “Narbonnaise” : “Les jeudis de Julie” !

Sans titre

Sigean est une commune à une vingtaine de kilomètres au sud de Narbonne. Vers 1970, employée dans l’immobilier, Marie Lacaze habite une maison au bord de l’étang  à l’écart du centre de Sigean, avec sa fille Julie. Noël, l’époux de Marie, est décédé cinq ans plus tôt ; leur aîné Simon est mort à l’âge de douze ans. Marie reste en contact avec Germaine Marty, la sœur de son mari, qui élève seule sa fille Gilberte, étudiante dans le social. Elle laisse une grande liberté à Julie, âgée de dix ans, qui aime flâner aux abords de l’étang. Le jeudi est encore le jour de repos des écoliers. Marie ne peut s’occuper de sa fille ces jeudis-là, ni pendant les vacances de Pâques. Suffisamment autonome, cela ne présente guère de risques. Julie parle à sa mère de plusieurs enfants, dont elle est devenue l’amie en son absence. Willy, puis Boris Romanov, âgés de douze ans. La jeune veuve comprend qu’il s’agit d’amis imaginaires. Sa belle-sœur Germaine dénonce Marie à Mme Cauteret, assistante sociale. Proche de sa belle-sœur, cette dame espionne la maison au bord de l’étang, en particulier chaque jeudi. Les gendarmes débarquent un jour au bureau de Marie. Selon le chef Dobart, qui ne masque pas son hostilité accusatrice, Julie vient d’abattre chez elles sa tante. Julie ne nie rien. “Tu n’as ouvert que lorsque nous [les gendarmes] sommes arrivés. Pourquoi ? ─ J’avais peur que Mme Cauteret ne me batte. Je l’entendais qui criais que j’étais folle, que je venais de tuer cette pauvre femme. J’ai préféré rester enfermée dans ma chambre.” Un enfant meurtrier ? Un des thèmes les plus difficiles à traiter dans le polar. Julie ment-elle sur ses jeunes copains ? Marie est-elle une bonne maman ? L’entourage et les services sociaux ne sont-ils les vrais responsables des faits ? Julie ayant avoué, est-elle l’assassin de sa tante ? L’enquête de Marie peut-elle répondre au mystère qui entoure ce crime ? Un beau roman De G.J Arnaud (1978) qui nous “promène” dans une région comprise entre Leucate, Sigean, Narbonne – que connaît bien l’auteur : enfant, il passait ses vacances chez ses grands parents paternels à Leucate… Des moments et des lieux qu’il raconte  dans les “Oranges de la mer”…
 
* Texte largement inspiré de Claude Le Nocher
G.J.Arnaud : Les jeudis de Julie (Fleuve Noir, 1978). Ce roman a été transposé pour le téléfilm “Un soupçon d’innocence” d’Olivier Perray (2010 – diffusion France2) par Sylvie Granotier et Olivier Perray, avec Pascale Arbillot et Mélusine Mayance.

Mots-clefs : , , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

Le régime de retraite de la SNCF et de la RATP pour tous ?!

      Dans la plupart des pays européens confrontés aux mêmes problèmes : diminution des actifs et augmentation de la population âgé, la réforme des « retraite » s’est faite sans[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

Scène de la vie narbonnaise : Des chiens et des hommes, rue du Pont Des Marchands…

      C’était avant-hier soir dans la rue du Pont des Marchands. J’aurais pu ne pas les voir, mais les manifestations de joie d’une petite famille devant un homme assis à mêm[Lire la suite]
Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

Quelques perles (et humeurs conséquentes) pêchées à la fin de la semaine dernière…

        Je lis ceci sur la page Facebook d'une professionnelle du Tourisme : "Idée de sortie pour ce WE : visite du concept innovant de " Lodge Boat" au port de Gruis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout ailleurs dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandis[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio