Vers la démission programmée de la directrice de la Scène Nationale du Grand Narbonne…

         

Le 7 octobre 2020, je publiais un billet dans lequel j’indiquais que Didier Mouly, s’exprimant en tant que Président du Grand Narbonne, avait fait savoir à la Directrice du Théâtre Scène Nationale, madame Marion Fouilland-Bousquet, que la confiance qui devait présider à leurs rapports, était rompue ; et qu’il attendait d’elle sa démission. Nous sommes le 21 mars 2021, et le Midi Libre du jour, sur la foi du compte rendu de la dernière assemblée générale de l’association gestionnaire du théâtre, confirme cette information. La directrice du Théâtre, elle-même, ayant fait savoir « qu’en regard du contexte », elle souhaitait quitter ses fonctions, le Président de l’association a donc été  mandaté pour négocier avec elle son départ. Sur ce dernier point, on apprend aussi que les représentants du Département, de la Région, ainsi que le Directeur Régional de l’Action Culturelle (DRAC), qui ont défendu sa gestion, n’ont pas pris part au vote. Cela dit, et quoi qu’il en soit des chiffres présentés par les uns et les autres, la raison du désaccord entre la directrice du Théâtre et le Président du Grand Narbonne n’est pas, si je puis dire, d’ordre « comptable ». Dans ce cas, en effet, on est en présence d’un conflit de loyauté, d’une rupture de confiance qui tient à l’histoire des relations entre le maire de Narbonne devenu aussi, lors des dernières élections municipales et communautaires, Président du Grand Narbonne, et la directrice d’une institution dont il assume désormais la pleine compétence et finance, pour l’essentiel, le budget. Croire, cependant, qu’il suffirait d’un changement de « direction » pour apaiser les relations entre Agglo et Théâtre, serait se leurrer. Elle dépendent surtout, en effet, de la résolution de problèmes que, faute de mieux, je qualifierais de « structure » ; des problèmes résultant des conditions exigées pour obtenir le renouvellement du label « Scène Nationale » et la reconduction de la convention liant le Grand Narbonne à l’État. Un label qui, notamment, bride sévèrement la prise en compte d’une demande « locale » – les élus étant a priori considérés comme des « suiveurs » à visée électoraliste (un risque bien réel, cependant) – ; un label qui, encore, impose un mode gestion – dans le cas du Théâtre, une association loi 1901 – manifestement inadapté à son périmètre financier et politique. Aussi, sans rééquilibrage des relations institutionnelles et politiques entre Grand Narbonne et Théâtre et sans mode de gestion plus intégré et offensif, il est illusoire, me semble-t-il, d’espérer résoudre les problèmes auxquels sera confrontée la future équipe dirigeante du Théâtre – et ce quel qu’en soit le profil.

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Articles récents

%d blogueurs aiment cette page :