Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne. De l’air, et au large, bon sang!

    l-evenement-attirait-120-a-130-competiteurs-juniors-venus-de_557213_516x343  

Radical changement de cap à la Société nautique de Narbonne ! La dynastie Déjean ayant repris la barre du petit port de la Nautique, son comité directeur a décidé de ne pas organiser les championnats de France d’Extrême glisse de windsurf, à la fin du mois d’août, et ce pour la troisième année consécutive. Trop de monde, trop de jeunes, trop de tout dans ce petit monde protégé où ne sont tolérés, par une majorité de nauticards semble-t-il, que les effluves de grillades et les jurons de pétanqueurs;  et encore… Peut-être y verrons-nous, un jour prochain, l’apparition de jardinières de pétunias et de nains de jardin. L’annulation de cet évènement, dans ces conditions en tout cas, est tout à fait symptomatique de la « culture » dominante dans notre petite cité. Auto-centrée, jalouse des « autres »… Conservatrice, pour l’essentiel, elle reste fermée, malgré quelques petites concessions, à la « prise de risques ». Pour tout dire, elle est l’expression d’une petite-bourgeoisie provinciale satisfaite d’elle-même et qui , par dessus tout, ne supporte pas le « dérangement ». L’entre-soi comme planche de salut dans un monde ouvert à tous les vents… Suicidaire. De l’air, et au large, bon sang!

Photo: l’Indépendant. Pasquier Caroline.

 

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (6)

  • thierry

    |

    Quel est le rapport avec la planche à voile qui illustre ce sujet ?

    Reply

    • Michel Santo

      Michel Santo

      |

      les championnats de France d’Extrême glisse de windsurf! Cette décision prise par la nouvelle équipe de la SNN dont le nouveau Président est de l’équipe de Nouveau Narbonne – qui dirige la ville – me semble en effet caractéristique d’une certaine « culture » locale. D’où mon appel au « grand large « , et cette illustration qui me semble bien l’exprimer…

      Reply

  • Joel Raimondi

    |

    Y aurait il un lien avec le fait que ce département est le plus pauvre de France ? avec un fort taux de chomage, de pauvreté, de précarité et donc un taux d’allocations diverses et variées au dessus de la moyenne ? Comment expliquer que les porteurs de projets désertent le territoire ?

    Reply

  • fred11

    |

    C’est tant mieux pour les autres communes qui auront l’intelligence de les récupérer. Comme quoi la baronnie locale qui a œuvrée sous l’ère Mouly père (au détriment des narbonnais et du développement économique du territoire) n’est pas morte. Bien que fortement affaiblie, réduite et vieillissante, l’ère de Mouly fils lui donne un dernier sursaut, le chant du cygne peut-être. Comme vous le dite, restons entre nous, pas de vagues, le changement dans la continuité. Après tout, on a (ou pas) les événements et élus qu’on mérite.

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Philippe Jaenada présentait son roman "La Serpe" à Port-Leucate, cet été. Je l'ai lu…

Philippe Jaenada présentait son roman "La Serpe" à Port-Leucate, cet été. Je l'ai lu…

    Cette année, Michel Py m'a gentiment adressé (comme il le fait régulièrement à chaque rentrée littéraire) le dernier roman de Philippe Jaenada, "La Serpe"  (éditions Julliard), prése[Lire la suite]
Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne)

Petite parabole sur le rayonnement d'équipements "structurants" (Le parc des expositions de Narbonne

Quand j'ai vu cette touchante affiche animalière placardée sur un des nombreux petits panneaux publicitaires qui décorent les rues de ma ville, j'ai tout de suite pensé à une charmante  allégorie de [Lire la suite]
Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

Hier soir, sur TF1, une "nouvelle vie de François Hollande" sans aucun intérêt …

      Hier soir, 20 heures, devant le JT de TF1. À mi-journal, Gilles Bouleau et sa longue et fine silhouette plantée au milieu de son plateau, raide, mais sans trop, juste ce qu[Lire la suite]