Contre-Regards

par Michel SANTO

Chronique de Narbonne. Faut-il fermer totalement l’accès à la plage de la Vieille Nouvelle?

j-c-meyer-laurent-bady-et-pascal-cote-veulent-liberer_603036_516x332

Une série d’articles parues dans la presse locale en ce mois d’août (l’Indépendant du 13 août 2015. Carole Lemaître) ont fait état récemment de la possible fermeture de tous les points d’accès à la plage de la Vieille Nouvelle. Une plage aujourd’hui fréquentée dans des conditions quasi-sauvage qui menacent, il est vrai, son environnement. Les pratiquants de sports de glisse craignent évidemment de ne plus pouvoir accéder à un de leurs spots les plus appréciés de la côte. Un débat ouvert depuis plusieurs années, dont je faisais état dans un billet publié le 16 juin; billet qui reprenait l’argumentaire soigné d’un usager de la Vieille Nouvelle pratiquant la planche à voile. Le voici:

Le 16 mars, je mettais en ligne un billet intitulé: « De la « Glisse » naîtrait une « Californie » languedocienne?! » Un billet dans lequel je posais quelques questions après que les deux CCI de Béziers et Narbonne, ainsi que l’Agglo du Grand Narbonne, aient planché sur le thème du vent comme source de valeur, de profits et d’emplois. Je reçois, aujourd’hui même, un commentaire très argumenté d’un pratiquant de sport de glisse, en réaction à mon article, dans lequel il explique les raisons pour lesquelles il fréquente depuis des années nos plages, son impact économique et ses craintes pour l’avenir. Une contribution à un débat qui m’a semblé devoir être portée à la connaissance de mes lecteurs, et des maires et président d’exécutifs locaux qui me suivent, notamment sur ces questions d’économie locale et touristique. La voici:

Bonjour,

Je me permet de poster pour vous donner un avis d’utilisateur. Je suis pratiquant de planche à voile et adepte des plages de Gruissan à La Franqui depuis plus de 30 ans. Je fais aussi partie des CSP+ de 40/50 ans qui se déplacent maintenant en famille…

Une fois le cadre posé, je vais décrire mon mode de fonctionnement et les raisons de mes fréquents retours vers cette région.

D’abord pourquoi venir pratiquer ici? Les raisons sont multiples :

– le vent souffle fréquemment et les prévisions météo sont fiables et faciles à interpréter lorsqu’on se déplace de loin – les spots ont un potentiel évident, avec un fort vent de terre qui lisse les plans d’eau et les rend propices à la vitesse – les accès sont faciles, directement sur la plage, ce qui permet de pratiquer en sécurité, avec la « logistique » à proximité et dans un cadre superbe, sauvage et préservé – le climat est agréable et la Tramontane est souvent accompagnée du soleil – étant originaire de Toulouse, j’ai connu les spots étant jeune, et même en ayant habité beaucoup plus loin (Paris, Normandie, Haute-Savoie), je suis toujours revenu sur ces plages parce que ce mélange de caractéristiques est assez unique.

Ensuite, comment se passe un séjour typique et quel est mon « impact économique »? – le « trip », c’est entre 2 et 5 jours. Pas très long, mais suffisant pour avoir « les bras qui tirent » et ça permet de revenir souvent. – seul (rarement), avec des amis planchistes (la plupart du temps, ces séjours sont l’occasion de se retrouver autour d’une passion commune et d’un endroit fédérateur), en famille (une fois par an) – l’hébergement, c’est selon… Si c’est la saison chaude, et que je suis seul, je trouve qu’il est plus agréable de dormir dans la nature. Les petits matins avec le soleil qui se lève au dessus des salins sont splendides… En famille ou à la saison fraîche, c’est direction les gîtes ou les campings pour des nuits qui reviennent entre 30 et 100 € – les repas : casse-croute le midi sur la plage pour profiter de la journée de navigation. Les courses systématiquement dans les commerces de la région, parce que ça évite de trimbaler des provisions pendant des heures de route, parce que j’ai plus de temps le samedi matin sur place que le vendredi soir en sortant du travail juste avant de prendre la route, et parce que j’aime bien les produits locaux, surtout ceux à base de raisin fermenté… Addition entre 100 et 300 € pour 3 jours (selon le nombre de caisses…). Restaurant le soir, entre 20 et 50 € par personne. C’est le moment « détente » ou on en profite pour se poser et refaire la journée de navigation… – le matériel : il y a une forte concentration de surfshops dans la région, et c’est l’occasion d’aller « faire son marché ». Offre pléthorique en comparaison avec des régions ou les magasins ont quasiment disparu, possibilité de voir le matériel en direct, d’essayer et de discuter, contrairement au net, bref c’est Noël avant l’heure…

Au total, on arrive à une dépense annuelle comprise dans une fourchette de 300 à 4000 € selon le nombre de séjours et de personnes. A multiplier par le nombre de planchistes qui ont le même profil… Le gros souci, c’est que tout ce schéma risque fortement d’être remis en question.Entre les projets d’extension du port de Port la Nouvelle, les fermetures des accès aux véhicules sur les plages, les aménagement inadaptés proposés à la place, la concentration que ça va entraîner sur quelques points, la perte de tous les aspects pratiques et sécuritaires, j’en viens à me demander si le jeu en vaudra encore la chandelle… Si vous ajoutez à cela la concurrence de destinations plus « exotiques » à des tarifs agressifs, l’orientation politique qui semble être prise pour la gestion de ce capital « glisse » risque surtout de sonner le glas de ces spots pour de nombreux pratiquants…

Bien cordialement,

Michel Rebière

Photo: l’Indépendant du 13 août 2015

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Commentaires (2)

  • Alain Maynaud

    |

    Et pourquoi pas interdire toutes les plage afin de ne pas polluer la mer Méditerranée et envoyer les touristes ailleurs par contre récupérer un Max de migrants que l’on fera voter aux prochaines élections… je délire Lol

    Reply

  • robert duval

    |

    Pourquoi pas woodstock sur mer?

    Reply

Laisser un commentaire

Articles récents

Que nous dit des médias la ridicule dispute Angot-Amrani…

Que nous dit des médias la ridicule dispute Angot-Amrani…

    Gros titre (et en "gras") dans "Le Point" (version numérique) : "ONPC" : Farida Amrani remet à sa place Christine Angot. Ah, ah ! Mais de quoi s'agit-il donc pour que cet honorab[Lire la suite]
Contrats aidés dans l'Aude ! le Conseil Départemental s'engage dans une vaine polémique…

Contrats aidés dans l'Aude ! le Conseil Départemental s'engage dans une vaine polémique…

Ainsi va l'info dans nos journaux. Tenez, un seul exemple, la baisse du nombre d'emplois aidés programmée par le Gouvernement. Lundi donc, dans l'Indépendant, page 2 et 3, articles, commentaires et [Lire la suite]
Nageant, il paraît que je serais aussi un "moteur de nos territoires"(de l'Aude) !?

Nageant, il paraît que je serais aussi un "moteur de nos territoires"(de l'Aude) !?

      J'apprends, sous la synthétique plume d’un conseiller départemental de l'Aude (qui ne choisit pas ses mots avec une pince à sucre), que le sport (il pensait sans doute [Lire la suite]