Contre-Regards

par Michel SANTO

La mauvaise humeur de Patrick Nappez!

NarboPatrick Nappez est décidemment incorrigible. Michel Moynier s’inspire-t-il d’expériences de déplacements urbains alternatifs à la voiture individuelle réussies en Suède, que notre journaliste en déduit qu’il rechercherait une caution social-démocrate pour camoufler sa proximité politique avec l’U.M.P. Diantre !

Il fallait oser…Eh bien c’est fait. Et de suggérer qu’après la défaite, dimanche dernier, de la gauche socialiste suédoise au terme de 80 ans de pouvoir sans partage le maire  » pouvait (lui) dire adieu …  » Alors là, la plume m’en tombe de la main.Je remarque toutefois que « si les prétendus modèles ont toujours une fin » (suivez mon regard !), avec cet exemple, il laisse pas mal de marge à Moynier. Au moins un demi-siècle. Ce qui est franchement exagéré et politiquement nocif… Mais qui laisse aux lecteurs du Midi Libre le plaisir ironique et désabusé d’apprécier pendant encore longtemps la mauvaise humeur de son billettiste narbonnais…

       

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Le président Macron, la communication et l'information spectacle !

Le président Macron, la communication et l'information spectacle !

          Dans son blog, Bernard Lecomte écrit ceci : « En démocratie, le pouvoir vient du peuple. Pour tout dirigeant élu, la tentation est d’entretenir [Lire la suite]
Le Président du Cépralmar pêche son directeur chez les "siens". C'est pas bien !

Le Président du Cépralmar pêche son directeur chez les "siens". C'est pas bien !

    Pour restaurer la confiance dans le fonctionnement de notre démocratie, le Parlement a adopté deux lois fondées sur des dispositions simples et exigeantes. Un ensemble qui avant,[Lire la suite]
Le Pogge ressuscite Lucrèce et la face du monde en est changée…

Le Pogge ressuscite Lucrèce et la face du monde en est changée…

      les Facéties du célèbre Florentin , posées  sur mon bureau, dans lesquelles je plonge  de temps en temps ( chez Anatolia 1994 ). Une satire violente qui démasque l’hypo[Lire la suite]