Contre-Regards

par Michel SANTO

Agnès Chauveau, directrice de l’école de journalisme de Sciences Po, ou la phobie des citations et le goût du plagiat…

IMG_0507.JPG

Après la révélation par le site Arrêt sur images de plagiats effectués par la directrice exécutive de l’Ecole de journalisme de Sciences Po Agnès Chauveau, cette dernière a été “mise en congé de ses fonctions” par le directeur de l’école Bruno Patino.

Accusée, preuves à l’appui, par ce site, d’avoir “copié/collé” des morceaux d’articles entiers sans citer ses sources dans ses chroniques au Huffington Post, la journaliste avait répondu: “J’oublie de citer certains papiers mais ce n’est jamais volontaire”. Pour sa défense, la journaliste invoque sa bonne foi et le caractère naturel, pour ne pas dire instinctif de ses oublis – “J’oublie de citer certains papiers mais ce n’est jamais volontaire”. La phobie des guillemets aurait pu tout aussi bien être revendiquée, comme le devoir de reconnaître à d’autres la paternité de ses idées ou le manque de temps. On connaissait la phobie administrative et du fisc de certains députés, avec Agnès Chauveau, productrice aussi sur France-Culture, on découvre celle des citations et de leurs auteurs. Qu’elle chasse pourtant chez ses étudiants avec l’aide d’un logiciel détecteur de plagiats… À la manière de Joubert, on conclura qu’à oublier les mots, les phrases et les idées des autres, ils finissent par se venger…

Mots-clefs : , , , ,

Rétrolien depuis votre site.

Désormais, 3 façons de réagir !

Laisser un commentaire

Articles récents

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise roulante…

Scène de la vie narbonnaise : un soir des fééries de Noël, j'ai croisé un homme seul sur une chaise

      Dans ma petite ville, nous avons un marché de Noël, comme partout dans ce pays. Avec les mêmes baraques blanchâtres, les mêmes têtes du Père Noël, les mêmes marchandises, le mê[Lire la suite]
Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

Scène de la vie narbonnaise : Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville…

        Elle était assise sous la véranda de ce bistrot du centre ville où je m’étais installé pour y boire une tasse de café noir. Je l’observais, élégante et rêveuse, caress[Lire la suite]
Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

Le temps n'est pas loin où vont revenir les langueurs universelles, les croyances à la fin du monde…

    Depuis des mois, je ne lis plus que des correspondances, carnets, journaux d’auteurs : Flaubert, Gide, Malaparte, Renard, les Goncourt … (dernier achat chez mon bouquiniste : Les car[Lire la suite]
"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

"Franchement, Michel ! à quoi bon tout ça !", me disait aussi une petite voix…

    Recommandant la lecture quotidienne d’une ou deux « pensées » de La Rochefoucauld ou de La Bruyère pour exercer sa lucidité et ne point être dupe de certaines postures social[Lire la suite]
Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine ?

        Qui pense encore à nos 13 soldats morts il y a quatre jours à peine dans une opération de combat menée contre nos ennemis djihadistes ; qui pense encore à leu[Lire la suite]
Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint Just-Saint Pasteur

Scènes de la vie narbonnaise à l'entrée du passage de l'Ancre et du cloître de la cathédrale Saint J

        Lundi dernier, était-ce le matin ou l’après-midi, je ne sais plus. Pour quelles raisons me suis-je retrouvé devant l’entrée du passage de l’Ancre, je l’ignore. Et[Lire la suite]
  
2006-2019 © Contre-Regards
Conçu par OnEric Studio